Intercommunalité, transports et pollution. Municipales Bdx 14.

INTERCOMMUNALITÉ, TRANSPORTS ET POLLUTION

L’INTERCOMMUNALITÉ MASQUÉE :

Le cancer présidentialiste de l’individualisation au détriment du politique a gagné les municipalités. Doublement à Bordeaux où l’on assiste aussi à une instrumentalisation de l’élection à des fins de course présidentielle.

L’intercommunalité est invisible dans la campagne. Pourtant les intercommunalités lèvent l’impôt avec des comptes plus de deux fois supérieurs à ceux des villes centre. Les municipalités ne sont plus souveraines concernant les transports, l’eau, les grands équipements. L’opacité règne sur les établissements publics de coopération intercommunale à fiscalité propre.

Pour notre CUB il convient de dénoncer l’accord de cogestion qui sanctifie le perpétuel partage du gâteau où les partis sont là pour se servir plutôt que pour servir. Cela permettrait de prendre conscience des contraintes financières qui pèsent sur la CUB et de remettre en accuse le contrat sur l’eau.

En matière de propreté le cumul des mandats et les acrobaties électorales ont dû épuiser le président de la CUB et la situation est difficile. Elle exigerait une grande politique d’assainissement, de consigne, de réduction des emballages, de recyclage, de réalisation de composts, doublée d’une grande politique pédagogique de civisme et de sanctions comme d’éducation avec le concours des écoles.

LE TRAM PARAVENT :
Concernant les transports, le tram a une image positive.
Il a été obtenu en combattant la droite qui voulait un métro et la gauche qui cautionnait. On se souvient des beaux mots de l’association Arc en Ciel sur « Un désir nommé tramway », du « Sainte Marie délivrez nous du Val » ou de « Le tram ?...Ouais ! ». C’est grâce à Transcub, à Denis Teisseire et à ses compagnons, comme nous-mêmes, que nous roulons en tram aujourd’hui. En arrivant à Bordeaux, A. Juppé n’a pu, heureusement, que prendre le tram en marche.

Après avoir refusé au tram la belle et judicieuse couleur Bordeaux que nous proposions, droite et gauche se parent aujourd’hui, comme un fard, de la positivité de l’image du tram pour masquer les autres dossiers. Ils captent notre héritage et s’en servent de paravent. Le tram est plébiscité alors on monte en marche, c’est le tout tram, la promesse de tram partout, le tram pour tous !

Nous appelons à plus de discernement. Il convient de délimiter les priorités aux universités, à la gare, à l’aéroport et aux entreprises des zones industrielles afin de délester la rocade. Il convient de renforcer le tram intra rocade, non en étoile mais en circulaire, en annulant les dernières tranches votées aveuglement par la CUB. En particulier d’arrêter le « tram train » du médoc qui coûterait 100M€. Il convient d’établir une zone 30 km/ h dans la ville intra boulevard, de privilégier le bus en site propre, les pistes cyclables et de nouveaux ponts. Concernant le fleuve il convient de l’habiter par un quartier sur l’eau et de dynamiser l’échange portuaire européen Axe Atlantique, Méditerranée Bordeaux Barcelone.

AUJOURD’HUI LA POLLUTION :
.
Nos propositions se justifient d’autant que nous vivons des heures de pollution de nos villes mettant en danger gravement la santé publique. Gratuité des transports, circulation alternée, politique volontariste pour la bicyclette doivent s’établir en urgence en poursuivant une volonté de croissance du bien vivre et de décroissance des productions et gaspillages inutiles et polluants.

Telles sont nos propositions et convictions indépendantes, libres et écologistes.

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?