Laïcité et Esprits Libres

Éditorial février 2015 :

Laïcité et Esprits Libres

Après Charlie les Esprits Libres proposent une 6ème République authentiquement laïque.
Dans leur quasi totalité, les religions, si nous les situons dans la politique, c’est à dire dans l’organisation de la cité, sont intrinsèquement, dans leur essence même, incompatibles avec la démocratie et la République puisqu’elles considèrent une loi dite divine forcément au dessus de la loi des hommes vus comme de simples créatures du créateur dit Dieu. Gouverner au nom, ou selon le désir, de Dieu c’est retourner au Moyen Age. Historiquement, plus à l’aise avec les dictatures, les religions se placent, le plus souvent, du coté de l’oppression et des régimes anti républicains. Dans leur existence cependant, les religions, si elles ne contrôlent pas le pouvoir politique, sont bien souvent obligées de faire des concessions et de s’accommoder plus ou moins de la République et de sa loi civile.
Il y a de braves gens pacifiques chez les marxistes comme il y a des Staline, des Castro et des Kim Il sung. Idem pour les religions, ou l’on retrouvera dans la même confession catholique, un abbé Pierre, des centaines d’ecclésiastiques pédophiles et des intégristes de tout acabit. L’islam est au même rang et on lira dans le Coran des injonctions à tuer les impies. On trouve tout, à tuer et à aimer dans les textes de Marx, dans la Bible ou le Coran et on peut leur faire dire n’importe quoi. Là n’est pas la question. En tant que citoyens nous n’avons pas à être les exégètes de telle ou telle confession pour délivrer des certificats de compatibilité ou non avec la République. C’est là affaire des croyants. En tant que citoyens c’est la République et sa constitution, ses lois et ses pratiques, le bien public commun qui nous intéressent.
Notre laïcité répond, ou devrait répondre lorsqu’elle faillit, en plaçant toujours le commun, la loi commune, au dessus de toutes autres considérations ou lois même prétendues divines par tel ou tel groupe.
La balle est alors dans le camp, collectivement des représentants dûment accrédités des églises, s’il en est et, individuellement, de chaque pratiquant. Et la question posée est : Dans tous les cas la loi commune à t’elle force de loi sur les considérations religieuses. Si oui j’accepte la laïcité sinon je la combats. Prenons l’exemple du blasphème qui n’existe pas dans notre pays, sauf, trace de l’ancien régime, en Alsace Moselle… Celui qui accepte que personne ne soit poursuivi pour blasphème, est laïc, sinon il combat la laïcité. Celui qui accepte que ses enfants mangent du porc à l’école et de la viande le vendredi est laïc sinon il combat la laïcité. La cantine de l’école n’a pas à obéir aux injonctions des religions.

Notre République dévoie la laïcité

La laïcité n’est pas l’égal traitement de toutes les religions, c’est l’égal traitement de tous les citoyens, croyants ou non, de toutes les croyances et convictions, y compris areligieuses ou anticléricales, comme le déisme, la libre pensée, l’athéisme et l’agnosticisme. La laïcité consiste à ne pas donner plus aux croyants qu’aux autres, à émanciper la puissance publique de tout privilège des religions.
La laïcité n’est pas, dans son essence, hostile aux religions puisqu’elle en garantit leur liberté mais la laïcité est hostile à tout privilège public d’une religion quelle qu’elle soit. La religion n’est pas en cause, ce sont ses privilèges publics qui sont en cause.
Le cléricalisme étant la tendance favorable à l’intervention du clergé dans les affaires publiques, l’engagement des Esprits Libres est nécessairement anticlérical.
La puissance publique mène une action de portée universelle. Si la res publica est la chose commune à tous, la religion n’appartient qu’à certains. La religion n’est pas bien commun universel et ses principes ne s’appliquent qu’à ses ouailles, qui veulent bien y consentir, et non à la République.
Le financement public qui va aux cultes, aux écoles privées, aux aumôneries catholiques, aux processions religieuses, aux crèches dans des édifices publics, sont contraires à la laïcité en ce qu’ils communautarisent l’argent public. L’argent public doit aller à l’enseignement public et laïc. Les écoles privées, financées sur fonds publics, sont une discrimination anti laïque puisqu’il n’existe pas d’école humanisme athée, déiste, agnostique etc.
Le Concordat d’Alsace Moselle, qui finance prêtres, rabbins et pasteurs sur les fonds publics, est la négation même de la laïcité, une provocation anti-laïque et discriminatoire puisqu’il ne s’applique pas à l’Islam. Naturellement il ne s’agit en aucun cas de l’étendre pour en faire bénéficier les imams mais il s’agit de l’abolir graduellement pour en finir avec ce privilège d’ancien régime.
Le dévoiement de la laïcité par le financement de lieux de culte se cache parfois sous couvert de lieux culturels, caches sexe de lieux de culte. À Paris 800000 euros vont ainsi à l’« Institut des Cultures de l’Islam » incluant et c’est bien là le problème, un lieu de prière.
Le financement des lieux de culte se cache aussi sous couvert d’entretenir des monuments historiques comme églises et cathédrales. La laïcité doit enfin connaître son plein exercice tout simplement. Si un édifice appartient à l’État il est public et c’est l’État qui l’entretient et l’affecte avec un statut de salles municipales, de musées, de salles de concert, etc. Si un édifice appartient à telle ou telle religion, l’État se retire de son entretien et le financement privé de ce lieu et de son entretien appartient aux croyants eux mêmes.
Dans son état actuel la laïcité, dévoyée à l’avantage des religions et en particulier de la catholique, est raciste et discriminatoire puisque le culte musulman est loin d’avoir les mêmes faveurs que les autres religions.
Preuve qu’ils sont racistes, les faux jetons de la laïcité du Front National et de Riposte Laïque, catho-laïcistes stigmatisant l’islam, ne veulent pas accorder aux musulmans les privilèges accordés aux catholiques.
Preuve qu’ils sont anti-laïques, les mêmes ne veulent pas abroger les privilèges des catholiques et par là des autres religions. Le F Haine travestie le racisme anti arabe et antimusulman en fausse laïcité qui sert de masque et de brevet républicains, laicité en apparence, racisme au service de l’intégrisme catholique en réalité.
Le F. Haine se retrouvent dans les cortèges des « manifs pour tous les intégristes et homophobes », main dans la main, le cas échéant bras tendu ou crane rasé, avec les plus intégristes des catholiques dont l’intégriste Civitas. Cette véritable lie de la société, antirépublicains, contre révolutionnaires, néo-fascistes, nationaux-socialistes, se retrouve dans les commandos intégristes à vouloir interdire « La dernière tentation du christ » de Martin Scorcèse, dans les commandos anti IVG, à réclamer la peine de mort.
Les anti-laïques qui nous gouvernent ont également réussi à congestionner et à s’accaparer le calendrier républicain tout voué à leurs saints et à leurs fêtes confessionnelles. Et c’est la Pentecôte, et c’est Pâques, et c’est l’Assomption et le 15 août pour la Sainte Marie. La République doit reprendre ses droits calendaires. Les saint Théodule et saint Charlie deviendront fête Théodule et fête Charlie pour fêter ces prénoms communs sans référence religieuse. Quatre fêtes de la liberté, de l’égalité, de la fraternité et de la laïcité devraient remplacer les fêtes religieuses et marquer le passage des saisons.

L’engagement des Esprits Libres se fonde sur une spiritualité civile et laïque fondée sur la primauté de l’être et de son existence dans la cité. Cette spiritualité commune est neutre vis à vis des convictions de chacun. Elle garantit à chacun sa libre expression et son droit de rire de tout dans le cadre du respect des lois.

Cette orientation laïque des Esprits Libres reprend largement la sagesse et la pertinence d’Henri Pena-Ruiz que l’on lira pour mieux poursuivre le combat laïque :
« Dieu et Marianne : philosophie de la laïcité » Ed. PUF Henri Pena-Ruiz
« Dictionnaire amoureux de la laïcité » Ed. Plon Henri Pena-Ruiz

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?