« Élections » départementales mars 2015

Concernant cette élection précise l’attitude « vote blanc » et celle « abstention » peuvent être argumentées et considérées comme légitimes et il ne convient pas de les opposer. Abstentions, votes blancs et nuls et, pour une part, votes écologistes et FG, constituent un rejet de la politique actuelle et des partis dominants, PS, droite et extrême droite.
Cette élection, n’ayant pas au préalable déterminé les compétences futures des départements et donc des assemblées élues, n’aurait pas dû être possible et devrait être inconstitutionnelle.
La vraie réforme, consistant à faire des départements de simples circonscriptions de la région avec une Assemblée Régionale se réunissant soit en plénière régionale soit en commissions départementales et permettant de supprimer les 90 couteux et inutiles Conseils Généraux, est hélas toujours repoussée.
La France est le seul pays « départementalisé » à s’offrir un tel gaspillage…
Les Esprits Libres proposent la reconnaissance du pourcentage de votes blancs dans les résultats, leur prise en compte dans le nombre des suffrages exprimés.
Reconnaissance associé à une large part de proportionnelle, à correctif paritaire et majoritaire, dans le cadre d’un système mixte mi majoritaire, mi proportionnel. Ainsi nous aurions toutes les minorités largement représentées et une majorité, relative lors du scrutin mais, absolue dans l’assemblée car bénéficiant d’une prime au gagnant assurant la gouvernabilité sans combinaisons. Tous les avantages du système proportionnel et du système majoritaire sans les inconvénients. Reconnaissance du vote blanc associé aussi à une inscription automatique sur les listes électorales du lieu d’habitation et au vote « obligatoire ».
La démocratie vivante consisterait enfin à tirer au sort les élus au prorata du vote blanc.
Dans le système mixte préconisé ci-dessus 10% de votes blancs donneraient 5% d’élus tirés au sort. Si dans ce même système les votes blancs étaient majoritaires alors la majorité absolue de l’assemblée ou du conseil concerné serait tirée au sort. Ce à tous les échelons, municipaux, régionaux, national. C’est, là encore, garder les avantages du tirage au sort qui correspondraient aux votes blancs sans l’inconvénient consistant à abandonner le système de représentation démocratique et à le confier au hasard.
Pour parfaire, une assemblée entièrement tirée au sort, conseil municipal, régional, assemblée nationale pourrait en deuxième lecture servir de sénat et éclairer d’un jour nouveau la délibération des assemblées d’élus décisionnelles. Alors l’illégitime Sénat actuel et les référendums plébiscites qui court-circuitent la démocratie représentative deviendraient inutiles.
La suppression de l’élection présidentielle monarchiste au suffrage universel direct et un régime primo-ministériel viendrait parachever ce système d’une sixième République d’Esprits Libres.
Ce sont ces réformes qui devraient animer tous ceux qui veulent négocier avec les partis républicains en vue des prochaines régionales et de la présidentielle et, si ces derniers restent sourds, qui devraient alimenter des campagnes régionales, la présidentielle et les législatives porteuses de ces propositions.

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?