Juppé calotin, girouette, délinquant

Juppéril en la demeure

Juppé calotin
«  Je suis Charlie quand on tue des journalistes de « Charlie » mais quand j’ouvre les pages de « Charlie », je suis un peu moins Charlie… » Alain Juppé, mars 2015 lors de la « 6ème Conférence interreligieuse de Bordeaux » s’il vous plaît...

Juppé girouette
En 1990 Juppé avait exclu du RPR Alain Carignon qui avait appelé à voter socialiste au second tour d’une élection à Villeurbanne pour contrer le FN. « Nous n’avons pas du tout l’intention de faire la courte-échelle au Parti socialiste » s’exclamait Juppé.
En 2013 Juppé défendait le vote blanc en la circonstance : « En cas de duel électoral FN PS , hypothèse rarement vérifiée jusqu’à ce jour, je n’hésiterai pas , pour ma part : vote blanc. »
En 2014 Juppé déclare « Le front républicain est le piège tendu à la droite. Ne nous laissons pas piéger »
Début 2015 Juppé appelle lors de l’élection du Doubs à faire barrage au F.N. et à voter pour le candidat socialiste. Cela le démarque de Sarkozy et lui permet de draguer le centre.
Le voilà en mars sans broncher devant le « ni ni » ligne officielle de son parti, sarko compatible en quelque sorte.
On peut savourericiles multiples voltes face de cet homme de conviction…

Juppé délinquant
Il promettait de « se retirer de la vie politique en cas de condamnation définitive »…
Si la parole vaut l’homme on court droit dans ses bottes à la dévaluation…
A vau l’eau, à veau l’homme… Droite dans vos bottes en touche, à vos marques, jus, pêt, paté…
Wikipédia indique : « En 1999, Alain Juppé est mis en examen pour « abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt » pour des faits commis en tant que secrétaire général du Rassemblement pour la République et maire adjoint de Paris aux finances, de 1983 à 1995. Il est considéré comme un élément clé d’un système de financement occulte d’emplois au sein du RPR financés par la mairie de Paris et des entreprises désireuses de passer des contrats publics (sa secrétaire personnelle au RPR fut elle-même rémunérée par une entreprise, le groupe immobilier Ségur, puis par la ville de Paris).
Son procès pour prise illégale d’intérêts s’ouvre le 29 septembre 2003. Alain Juppé y affirme avoir pris connaissance du système d’emplois fictifs en 1993. Le 30 janvier 2004, il est condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre à 18 mois de prison avec sursis et à une peine de 10 ans d’inéligibilité. Le tribunal juge notamment qu’Alain Juppé a « délibérément recouru à des arrangements illégaux » pour favoriser l’action du RPR, que la nature des faits était « contraire à la volonté générale exprimée par la loi » et qu’il avait ainsi « trompé la confiance du peuple souverain." La présidente du tribunal exige l’inscription de cette condamnation à son casier judiciaire.
L’appel interjeté par Alain Juppé immédiatement après sa condamnation a pour effet de suspendre l’application de cette décision jusqu’à l’arrêt de la cour d’appel. Le 1er décembre 2004, celle-ci réduit la condamnation à 14 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité. La cour d’appel indique :
« Il est regrettable qu’au moment où le législateur prenait conscience de la nécessité de mettre fin à des pratiques délictueuses qui existaient à l’occasion du financement des partis politiques, M. Juppé n’ait pas appliqué à son propre parti les règles qu’il avait votées au parlement. Il est également regrettable que M. Juppé, dont les qualités intellectuelles sont unanimement reconnues, n’ait pas cru devoir assumer devant la justice l’ensemble de ses responsabilités pénales et ait maintenu la négation de faits avérés. Toutefois, M. Juppé s’est consacré pendant de nombreuses années au service de l’État, n’a tiré aucun enrichissement personnel de ces infractions commises au bénéfice de l’ensemble des membres de son parti, dont il ne doit pas être le bouc émissaire." »
Et hop on efface tout et on repart…

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?