Lettre ouverte de Jean-Pierre ROCHE, président des ESPRITS LIBRES, aux électeurs et à toutes les forces démocrates et écologistes.

Lettre ouverte de Jean-Pierre ROCHE, président des ESPRITS LIBRES,
aux électeurs et à toutes les forces démocrates et écologistes.
Présidentielle 2017 : LES ESPRITS LIBRES proposent le
Scrutin proportionnel paritaire à correctif majoritaire
comme condition du soutien à François Hollande.

Lettre ouverte aux forces démocrates et écologistes, à :
Cap 21, Europe Écologie Les Verts, Front Démocrate, Génération Écologie, Les Écologistes !, Mouvement des Radicaux de Gauche, Mouvement des Démocrates, Mouvement Progressiste Unitaire, Nouvelle Donne, Parti Fédéraliste Européen, Parti Pirate, Union des Démocrates et des Écologistes. Copie au PS et aux différentes composantes de l’UDI.

Chers amis,

Nous voulons une assemblée nationale paritaire femmes-hommes.
Nous voulons la représentation la plus large possible des minorités.
Nous voulons la garantie d’une majorité.
Pour cela nous voulons un scrutin mixte, PROPORTIONNEL, PARITAIRE, À CORRECTIF MAJORITAIRE.

Les choses bougent et les Esprits Libres appellent à une fédération de toutes les forces du centre gauche, du centre, de la gauche et des écologistes. La création du Front Démocrate puis de l’Union des Démocrates et des Écologistes !, comme l’appel des Radicaux de Gauche et de Génération Écologie vont déjà dans ce sens.
Avec une telle fédération, souple et respectant les identités respectives, nous aurions une force d’intervention rapide et efficace sur la présidentielle en proposant au PS, au gouvernement et à François Hollande, l’adoption, avant la présidentielle, d’un mode de scrutin législatif PROPORTIONNEL, PARITAIRE, À CORRECTIF MAJORITAIRE, en échange de notre soutien dès le premier tour.

Notre mouvement, "LES ESPRITS LIBRES, pour la 6ème République écologique et le Revenu Citoyen », lance aujourd’hui cet appel à toutes les forces démocrates, écologistes, centristes et indépendantes pour leur proposer un pacte démocrate autour d’un tel scrutin.
Notre mouvement propose à toutes ces forces de faire de l’adoption de ce scrutin LA condition de participation au gouvernement avant comme, le cas échéant, après la présidentielle. Nous proposons également d’en faire LA condition de soutien à une candidature en 2017 au premier comme au second tour.
Notre appel s’adresse aussi à tous les électeurs pour qu’ils adoptent dans les urnes la même exigence et la même attitude.

1 Quelle est la situation ?
Aujourd’hui nous ne pouvons obtenir une représentation à l’Assemblée qu’au prix d’une allégeance au PS ou aux « Républicains ». Le scrutin législatif PROPORTIONNEL, PARITAIRE, À CORRECTIF MAJORITAIRE nous permettra d’entrer à l’Assemblée pour ce que nous sommes, et non comme supplétifs du PS. Notre fédération constituera alors une force capable de s’allier avec le PS autant que de rivaliser avec lui le cas échéant. Idem pour l’UDI vis à vis des « Républicains ».

Nous, ESPRITS LIBRES condamnons l’élection présidentielle, élection monarchiste présidentialiste, et nous proposons sa suppression, comme nous prônons une 6ème République.
Nous avons lancé une pétition citoyenne pour la suppression de cette élection. Cette pétition est accompagnée d’un argumentaire fondant notre position et nous vous invitons à en prendre connaissance et à vous joindre à cette initiative en signant et en relayant.
Mais cette élection existe et elle est dominante. Il va falloir composer avec cette élection qui va accaparer le pays, le polluer en profondeur comme tous les cinq ans. Que faire aujourd’hui de cette élection antidémocratique ?

Il se trouve que les candidats du système, celui de la gauche, probablement le président sortant, et celui qui gagnera les primaires à droite, ont absolument besoin de nous, forces démocrates, écologistes, centristes et indépendantes, pour accéder au second tour de la présidentielle.
Ces candidats ayant besoin de nous pour franchir le cap du premier tour, à nous de fixer À QUELLES CONDITIONS NOUS POUVONS LES SOUTENIR. Que pouvons nous tirer de bon pour les citoyens de cette élection présidentielle ? Que demandons-nous d’essentiel, de vital en échange de notre soutien ?

2 Quelles erreurs à éviter ?
1 Exiger des promesses et engagements électoraux… Ce serait là faire preuve d’une grande naïveté en faisant comme si les promesses électorales étaient tenues, comme si elles n’engageaient pas que ceux qui y croient. PS et « Républicains » ne respectent guère leurs engagements programmatiques et, dés lors, seul un mode de scrutin représentatif permet de garantir ces engagements.
De plus nous exigerions chacun de notre côté tel ou tel point, sans cohérence d’ensemble et, dans cette diversité, nous aurions du mal à nous unifier.
La question du programme sur lequel se fait l’alliance est bien moins importante que la question du mode de scrutin adopté pour conclure l’alliance. Le scrutin que nous proposons aujourd’hui constitue notre plus petit commun dénominateur dans la perspective de la présidentielle. Il nous fédère.

2 Attendre la présidentielle alors que c’est aujourd’hui que notre fenêtre de tir est large car nous pouvons aujourd’hui préparer une candidature si le PS refuse notre proposition. Plus le temps passe et plus notre fenêtre se rétrécit. Ce d’autant que la réforme deviendra impossible avant la présidentielle si nous attendons trop pour la mettre en œuvre.

3 Obtenir des postes de ministres et des sièges de députés que nous devrions au PS, et pour l’UDI aux « Républicains », et non à nos électeurs. Cela continuerait à condamner nos forces à être soit des forces marginalisées soit des forces satellisées supplétives des deux partis dominants comme le sont aujourd’hui les Verts et l’UDI.
Entrer au gouvernement après les régionales sans avoir obtenu en échange CETTE réforme serait la pire des choses, car beaucoup d’entre nous seraient condamnés à la solidarité gouvernementale et ne pourraient plus appuyer cette réforme.

3 A quelles conditions les démocrates et les écologistes doivent ils accepter de rentrer au gouvernement après les régionales et ne pas présenter de candidat à la présidentielle ?
A l’occasion de la perspective d’entrée d’écologistes et de démocrates au gouvernement à l’issue des régionales, une situation historique est à saisir aujourd’hui.
Posons une question essentielle concernant notre démocratie, celle des conditions, de LA condition à cette participation. Même question à droite pour l’UDI concernant l’alliance avec les « Républicains ».
Démocrates, écologistes et UDI jouent leur existence en tant que forces indépendantes autonomes.
C’est le bloc, gauche ou droite, qui réussira l’alliance qui gagnera.
S’allier c’est bien, gagner c’est bien, obtenir des postes c’est bien, mais à la condition de ne pas faire allégeance, de garder son indépendance, d’être une force politique autonome, de d’être pas de simples supplétifs des deux partis du système de la 5ème République et de son scrutin majoritaire.
S’agissant de la participation au gouvernement, nous aurons la main suite aux régionales. Ensuite il sera trop tard pour imposer quoi que ce soit. C’est aujourd’hui que le PS peut accepter car, demandeur, il a besoin d’écologistes et de démocrates au gouvernement.
Qui de l’U.D.I. à droite, ou des démocrates et écologistes à gauche, parviendra à imposer une représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire comme condition de l’alliance ? Ceux-là changeront la France. Nous changerons la France.

4 Pourquoi exiger CETTE réforme ? Pourquoi en faire LA SEULE CONDITION de notre soutien ?
Jusque là, n’ont droit de survivre de miettes que ceux qui font allégeance au PS ou au « Républicains » et qui, en échange, se voient attribués quelques circonscriptions ou strapontins.
Nous voulons que cela cesse et, puisque l’on a besoin de nous, il convient en échange de nous permettre d’exister, c’est à dire d’accéder à la représentation parlementaire sur la base de notre électorat. Nous ne voulons plus devoir nos députés au bon vouloir du PS et des « Républicains », nous voulons les devoir à nos électeurs et en répondre devant eux.
Autant la proportionnelle intégrale représente un danger pour la démocratie, car porteuse d’un risque d’instabilité gouvernementale, autant la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire ne peut, dans la perspective de revivifier notre démocratie, être refusée.
Concernant les modalités d’application de ce scrutin une option simple pourrait être :
Un premier tour de scrutin, dit « tour proportionnel », permettrait de distribuer 50% des sièges à la proportionnelle intégrale. Accès à la représentation dés 3% des suffrages.
Un second tour ne permettant le maintien que des listes ayant obtenu 10% des suffrages, mais autorisant la fusion avec les listes ayant dépassé 3%, dit « tour majoritaire », distribuerait 20% des sièges à nouveau à la proportionnelle intégrale et 30% des sièges en prime majoritaire à la liste arrivée en tête du deuxième tour, dite « prime au gagnant ».
Prime majoritaire à la liste gagnante garantissant une majorité.
Listes et prime au gagnant paritaires femmes hommes garantissant la parité à l’Assemblée.
Autant dire qu’il ne s’agit surtout pas là d’accepter une « dose de proportionnelle », véritable attrape-nigauds visant à sauver le scrutin majoritaire.
La représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire est un mode de scrutin mixte, mi-proportionnel, mi-majoritaire, nous garantissant une INDÉPENDANCE POLITIQUE, condition de notre existence en tant que force autonome et non supplétive du PS. Idem pour l’UDI vis à vis des « Républicains ».
Ce mode de scrutin favorise l’émergence de nouvelles forces politiques, réduit l’abstention et ouvre l’espace d’une démocratie vivante et d’une 6ème République. Il est légitime qu’il soit accompagné du « vote obligatoire », incitation fiscale au vote, dans la mesure où toutes les sensibilités se voient représentées dès 3% à l’Assemblée qui devient une véritable « représentation nationale ».
En accompagnement d’un tel mode de scrutin il serait logique de réduire à 300 le nombre des parlementaires. Une telle réduction permettrait, outre quelques économies, une meilleure lisibilité et une plus grande efficacité. La limitation à deux mandats consécutifs maximum serait aussi une excellente chose. Le rétablissement du calendrier républicain, législatives avant la présidentielle, serait hautement souhaitable. Un mandat présidentiel unique de sept ans non renouvelable serait un moindre mal avant la suppression de cette élection monarchiste lorsque les Esprits Libres auront gain de cause…
En attendant, l’adoption d’un tel mode de scrutin permet la parité femmes-hommes au sein de l’Assemblée et donc le renouvellement en profondeur de nos mœurs politiques.
L’adoption d’un tel mode de scrutin permet de redessiner, à l’issue des législatives, la carte des alliances, en particulier en autonomisant l’UDI vis à vis des « Républicains » et en permettant aux Verts de se sortir de la tenaille PS-Front de Gauche.
Sans cette réforme électorale, François Hollande le cas échéant réélu, serait probablement condamné à la cohabitation sous domination des « Républicains ».
Démocrates, écologistes et UDI doivent ils leurs élus au seul bon vouloir du PS et des « Républicains », auquel cas ce ne sont pas des forces indépendantes, ou doivent ils leur élus à leurs électeurs qui leur assurent cette indépendance ?
Question de survie, car PS et UMP sont discrédités et leurs supplétifs seront sanctionnés. D’autant que dans une compétition ouverte, au premier tour proportionnel, démocrates, écologistes et UDI peuvent se mesurer au PS et à l’UMP pour s’allier ensuite au deuxième tour, voire peuvent s’allier entre eux… ou dans d’autres alliances pour constituer de nouvelles perspectives hors du carcan PS-« Républicains ».
La pire des situations est celle des Verts aujourd’hui, qui doivent leurs élus, à l’Assemblée comme au Sénat, au retrait du PS dans certaines circonscriptions. Idem pour l’UDI, condamnée à s’allier aux « Républicains » pour conserver ses élus.

5 Le Pacte Démocrate proposé par les ESPRITS LIBRES :

Les ESPRITS LIBRES appellent toutes les forces susceptibles d’apporter du sang neuf au combat politique et à la nécessaire restructuration de notre vie politique à soutenir et à exiger le mode de scrutin proportionnel paritaire à correctif majoritaire.

Les ESPRITS LIBRES appellent les forces démocrates et écologistes à faire de la mise en place préalable de la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire LA condition incontournable d’une participation gouvernementale avant 2017 et d’un vote de soutien en 2017.
Les ESPRITS LIBRES appellent les forces indépendantes, ou qui veulent le devenir, les démocrates les écologistes, les centristes de l’UDI, à faire de l‘engagement à la mise en place de la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire pour les législatives de 2017 LA condition incontournable d’une alliance avec le PS ou avec les « Républicains » lors de l’élection présidentielle.

Nous Esprits Libres soutiendrons le candidat choisi par le PS, dés le 1er tour, si le gouvernement de François Hollande met en place la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire avant 2017. Ce quel que soit son programme par ailleurs.

S’il ne le fait pas, nous le combattrons et soutiendrons ou présenterons un candidat contre lui et nous ne le soutiendrons pas plus, le cas échéant, au second tour, et ce dans toutes les configurations.
Organisons une primaire entre nous si le PS ne met pas en place le scrutin mixte, la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire pour les législatives de 2017 et présentons un candidat reprenant ce point essentiel et vital pour nous tous.
Si le candidat de gauche ne s’est pas montré à la hauteur, nous soutiendrons ou combattrons, dans les mêmes conditions, le candidat de la droite républicaine selon son engagement concernant ce mode de scrutin.

Ce que nous demandons d’essentiel, de vital, c’est le droit d’exister par nous mêmes et pour nous mêmes, de vivre et de faire vivre notre démocratie. C’est ce que nous, ESPRITS LIBRES, appelons la démocratie vivante.
L’objectif des Esprits Libres, et que nous proposons aujourd’hui comme objectif commun à toutes les forces démocratiques, écologistes, républicaines et indépendantes, c’est cette démocratie vivante à partir de ce pacte démocrate que constitue le scrutin mixte, la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire.

Nous pouvons tous par ailleurs avoir les meilleures idées du monde pour sauver la République, la démocratie et la planète mais nous resterons ligotés si le carcan institutionnel ne bouge pas et nous fige dans la tenaille PS-« Républicains » avec risque d’explosions anti-système, non républicaines, non démocratiques, nationalistes et non européennes.

François hollande, donnez-nous une raison de vous soutenir ! Faites un petit pas pour la démocratie vivante, un grand pas pour la démocratie française.

Nous voulons une assemblée nationale paritaire femmes-hommes.
Nous voulons la représentation la plus large possible des minorités.
Nous voulons la garantie d’une majorité.
Nous voulons le scrutin mixte, la représentation proportionnelle paritaire à correctif majoritaire.

Merci chers amis, de bien vouloir communiquer cette lettre à vos instances et à vos adhérents et de nous donner votre point de vue sur cette urgente et vitale question.

Librement.

Jean-Pierre ROCHE, président des ESPRITS LIBRES. Le 27 octobre 2015.

 

Débattre avec les Esprits Libres
Il y a 1 message(s) qui traite de cet article.

Message de nath écrit le jeudi 10 décembre 10 décembre 2015 à 16h42min

Faut-il comprendre que vous ne considérez pas le Front de Gauche (qui a pourtant beaucoup de proposition commune avec vous, à commencer par la 6ème République) comme une force démocrate puisqu’il n’est pas destinataire de votre appel ?

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?