Contre le « mandat impératif » et la « révocation » des élus.

POUR la DÉMOCRATIE VIVANTE représentative, CONTRE le « mandat impératif » et la « révocation » des élus :

L’enfer pavé de bonnes intentions, l’air du temps et la crise de la 5ème République poussent les sornettes populistes. Nous souffrons aujourd’hui de n’avoir pas d’assemblées et de démocratie représentatives et ce n’est pas en jetant le bébé avec l’eau du bain, en optant pour des processus populistes et référendaires que nous obtiendrons une DÉMOCRATIE VIVANTE.

La législative avant la présidentielle, une large proportionnelle paritaire à correctif majoritaire, des élus tirés au sort au prorata des votes blancs dans l’assemblée, l’incitation fiscale au vote, un statut de l’élu, le non cumul, la limitation à deux mandats, la transparence du lobbying, le statut d’utilité publique pour les associations de lutte contre la corruption, l’inéligibilité prononcée par les tribunaux pour fraude fiscale ou corruption, les procédures actuelles de levée d’immunité et finalement la fin de la monarchie présidentialiste, tout cela contribuera à la bonne éthique des élus dans une 6ème République. Des ASSEMBLÉES CITOYENNES entièrement tirées au sort, dotées de moyens d’expertise et d’information, remplaçant le Sénat au niveau national, et doublant également les assemblées régionales et les Conseils Municipaux permettront une vraie consultation permanente constructive. Dés lors la « révocation » ou la « reconduction » des élus sera l’ÉLECTION devenue enfin démocratique dans le cadre d’une DÉMOCRATIE VIVANTE représentative.

À l’Assemblée Nationale chaque élu est censé représenter heureusement l’ensemble de la nation et non ses électeurs ou sa circonscription et, à juste titre, la constitution interdit le « mandat impératif ». Mandat impératif ne représentant que certains électeurs sur un sujet déterminé à l’avance, sans garantie de procédures démocratiques ! Le vote étant anonyme et les élus n’appartenant pas à tels ou tels électeurs, la procédure de révocation donnerait à la majorité le pouvoir de se débarrasser des minoritaires gênants. La révocabilité des élus ferait coïncider temps politique et temps médiatique empêchant l’élu de travailler sur le long terme. Élections, campagnes électorales toujours plus violentes et personnalisées fondées sur les affects destructeurs de vitesse, de divisions, de passions et référendums permanents, ce serait la RÉPUBLIQUE RÉFÉRENDAIRE triomphante chère aux populistes des deux bords. La possible révocation de l’élu existe déjà, c’est l’élection !

Un élu doit pouvoir travailler sur le long terme et ne doit pas se soumettre aux sollicitations de l’actualité, des faits divers, du ressentiment ou de l’indignation. Il ne doit pas être otage de tel ou tel groupe mais agir en son âme et conscience. Pouvoir écouter ses collègues, s’amender et modifier son point de vue, pouvoir se libérer du carcan de son parti, de la pensée dominante, de l’air du temps, des passions tristes et de l’ordre établi. Il doit pouvoir être et rester minoritaire, résister. Il doit vouloir agir, pouvoir agir et agir en esprit libre.

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?