L’IMPOSTURE MÉLENCHON.

Sommaire :

MÉLENCHONISME, FARCE DU MITTERRANDISME
JLM carriériste mitterrandien,
Ministre de Jospin, soutien de Hollande,
Admirateur de Marchais,
Tropisme pour les dictateurs,
L’écologie roue de secours,
À droite toute contre le REVENU CITOYEN,
Fossoyeur de la gauche,
JLM idiot utile de Macron,

PROGRAMME COMMUN ROUGES BRUNS
Théologie et culte du chef,
Nationalisme, militarisme, autoritarisme,
Anti-européisme, anti-fédéralisme, germanophobie,
Les travailleurs vraiment « détachés »,
Langue de bois et discours de haine,
Contre le « libéralisme »,
La proportionnelle intégrale,
La démocratie référendaire,
Mandat impératif et révocation des élus.
Abandon de l’anti-fascisme.

Pour la 6ème République des Esprits Libres.


Mélenchonisme, farce du mitterrandisme

JLM CARRIÉRISTE MITTERRANDIEN
JLM CUMULE 62 ANS DE MANDATS ÉLECTIFS :
Conseiller municipal : 18 ans, Conseiller général : 13 ans, Sénateur : 18 ans 10 mois, Ministre : 2 ans 1 mois, Député européen : 8 ans reste 2 ans.
Détail :
CONSEILLER MUNICIPAL de Massy ( 18 ans)
1983 à 2001, Adjoint de 89 à 95
CONSEILLER GÉNÉRAL de l’Essonne (Total 13 ans 20 jours)
23 mars 85 à 2 avril 92, 7 ans 10 jours
PRÉSIDENT délégué Conseil Général de l ‘Essonne
23 mars 98 à 2 avril 2004 (Vice président), 6 ans 10 jours
SÉNATEUR de l’Essonne (Total 18 ans 10 mois)
Élection sept 86, 9 ans
Réelection sept 95, 4 ans 6 mois 25 jours
Réelection oct 2004 à janvier 2010, 5 ans 3 mois 6 jours
MINISTRE délégué à l ‘enseignement professionnel
27 mars 2000 au 6 mai 2002 sous Jospin, 2 ans 1 mois 9 jours
DÉPUTÉ EUROPÉEN ( 10 ans jusqu’en 2019)
Election 7 juin 2009, Réélection 25 mai 2014
TOTAL : 8 ans pour l’instant, 10 ans jusqu’en 2019
Mélenchon fait partie de ces trotskystes renégats qui ont trahis leurs idéaux et rallié la cour mitterrandienne sous les ors de la 5ème République pour un gros et gras plat de lentilles dorées, 24 ans au Sénat, Dame ce n’est pas rien ! Toutes ces longues années il s’est venté d’être « un élu de la République ». Combien de fois je l’ai entendu dire fièrement : « Monsieur vous parlez à un élu de la République », semant ainsi des illusions sur le Sénat d’ancien régime antirépublicain en oubliant de préciser que la 5ème république n’est qu’une monarchie présidentialiste non démocratique et que ses élus en particulier les sénateurs sont des usurpateurs. Comme si un sénateur illégitime de fait devait être plus respecté qu’un simple citoyen ou qu’un journaliste. Le sénat nous le remplacerons par une Convention Citoyenne tirée au sort. JLM doit ce poste de 24 années de sénateur planqué à l’abri du suffrage universel, à sa servitude, à son carriérisme honteux plus de 30 ans durant au PS. Si le PS a fait tout ce mal à la gauche c’est grâce à des individus comme lui, truqueurs de vote et compagnie. N’étant plus sénateur mais planqué au Parlement Européen, bien plus démocratique que le Sénat soit dit en passant, il vocifère sur l’Europe qui le nourrit. Le voilà aujourd’hui qui réclame une 6ème République et la suppression du Sénat sans proposer de supprimer la clé de voute de la 5éme, l’élection présidentielle au suffrage universel, autant dire de la foutaise. Bienvenu au club quand même, ex honorable sénateur, à celui qui s’est bien engraissé mais laissez votre place.
JLM ne doit sa carrière qu’au PS et au mitterrandisme cinquièmiste. Nous voulons nous débarrasser de cette gauche mitterrandienne et de cette république monarchique et l’on confierait la tâche à ce carriériste revendiquant ce mitterrandisme ! Son sectarisme, son outrance, imbu de lui même qu’il est, devraient suffirent à le disqualifier. Ce rallié au PS n’a pour autant jamais dénoncé le léninisme allié du kaiser allemand et initiateur du goulag, ni le trotskysme assassin des libertaires partisans des soviets.
Comme tous les totalitaires coupeurs de têtes il profite de la lutte contre le libéralisme économique pour lutter contre le libéralisme politique. Il fait peur aux enfants ce candidat ! La 6ème République n’avait surtout pas besoin de cela. Vous voulez changer de système, quittez les extrêmes.
Le mitterrandien JLM a rendu un hypocrite hommage à Michel Rocard qu’il avait rejoint début 94 afin de récupérer sa fédération du PS et d’entrer au Bureau National. Mais, choses empochées, il trahi Rocard fin 94 en rejoignant les mitterrandiens pour permettre à Emmanuelli d’entrer à Solférino en chassant Rocard et en mettant fin à ses perspectives présidentielles. Délectable dialectique lénino trotsko stalinienne de JLM : Tant qu’il était au PS tous les socialistes étaient des socialistes et du jour ou monsieur a quitté le PS ils sont tous devenus d’infâmes droitiers, des sociaux traîtres… Dans la forêt de la langue de bois JLM est un chêne ! Après Léon, JLM a servi trente ans tonton, le mitterrandisme, une des variantes bonapartistes monarchistes, un tantinet maurassienne et au veston décoré de la francisque, assassin des militants indépendantistes algériens.
Cette question est première, importante et INCONTOURNABLE car nous sommes là au cœur de la critique du mélenchonisme qui est un mitterrandisme qu’il faut extirper pour revenir à une gauche mendésiste. On connaît l’Histoire qui se répète et la deuxième fois c’est une farce… Le mélenchonisme est la farce du mitterrandisme.
J’ai donc, afin de compléter, écrit un billet sur Mitterrand une des pires droites !

JLM ministre de JOSPIN et soutien sans condition de HOLLANDE :
Mélenchon est parfaitement comptable en tant que gouvernant car il revendique l’héritage mitterrandien et il a été ministre sans condition de Jospin entre 2000 et 2002.
En 2012 les candidats E. Joly et J-L Mélenchon ont annoncé, leur ralliement au second tour à François Hollande sans attendre son programme et sans attendre les résultats du premier tour. C’était donner un chèque en blanc aux socialistes. Grave si l’on considère que le PS avait tous les pouvoirs institutionnels c’est à dire les pleins pouvoirs. Une large dose de proportionnelle eut été un minimum pour un ralliement. Ils se sont contentés de postes de ministres, de députés, de sénateurs ne servant que leurs pommes. Preuve que les Verts et le PG n’ont servi à rien et qu’ils se sont servi. À cause de cette inconséquence, qui remonte à la gauche plurielle soutenue par JLM en 2002, de ne pas imposer un nouveau mode de scrutin largement proportionnel, aujourd’hui, pour avoir des députés il faut s’allier au PS ou à LR. Le système est bloqué. Écologistes et centristes sont ligotés, les autres marginalisés. C’est la raison pour laquelle les Esprits Libres se fixent comme objectif prioritaire en 2017 un mode de scrutin paritaire proportionnel à correctif majoritaire, travail que les Verts et le PG ont été incapables de faire.

ADMIRATEUR DE MARCHAIS :
Front de « Gauche », front rouge de honte.
Hier encore l’ancien trostskiste lambertiste s’il vous plaît, JLM fréquentait les productivistes et pro-nucléaires du PCF les maintenant sous perfusion comme s’ils existaient encore, eux qui se porteraient mieux s’ils n’existaient plus. Où l’on aura vu J-L Mélenchon allié du Parti Communiste, se flatter d’être comparé au social-fasciste Georges Marchais et lui rendre régulièrement hommage.
La petite histoire de ce lambertiste devenu pro Marchais est aussi grotesque que succulente quand on connaît la haine que cette secte vouait au PCF !
A 20 ans, Georges Marchais est mécanicien ajusteur à l’usine aéronautique d’Issy-les-Moulineaux avant l’invasion allemande de mai 1940. Les usines aéronautiques de la région parisienne sont sous l’occupation réquisitionnées par les nazis pour produire des avions Messerschmitt et réparer les avions endommagés.
En décembre 1942, Georges Marchais est muté par l’entreprise sous direction allemande pour travailler chez Messerschmitt en Allemagne à Augsbourg, en application de la loi de réquisition promulguée par le régime de Vichy en septembre 42.
Georges Marchais a affirmé être rentré en France dans les premiers mois de 1943. Il a peut-être été envoyé en permission en mai ou juin 43.
Au début des années 1970 d’anciens communistes l’accusent d’être parti travailler en Allemagne volontairement. À la suite de plaintes, deux décisions de justice ont établi, sur la base de rapports d’historiens et de témoignages que Georges Marchais est bien parti en Allemagne au STO et qu’il percevait son salaire de la France, conformément à la loi de réquisition de 1942.
En 68 Marchais se distingue en critiquant les « faux révolutionnaires » du Mouvement du 22 mars, dont l’« agitation va à l’encontre des intérêts de la masse des étudiants et favorise les provocations fascistes ».
Georges Marchais considère en 79 le bilan du régime soviétique comme « globalement positif ».
Marchais tonne le machisme : En 83 : « J’ai dit à ma femme : Liliane, fais les valises, on rentre à Paris ». Via Moscou ?
86 millions de morts victimes du régime soviétique ne suffisent pas à J-L Mélenchon et au Parti de Gauche pour condamner définitivement le PCF et sa sombre histoire.
Passés à la trappe les 86 millions de morts, oublié le pacte Hitler Staline, le STO de Marchais et son soutien à la répression en Hongrie. Oublié le comportement contre révolutionnaire du PCF en 68 et son engagement pour sauver l’ordre établi. Oublié septembre 68 où le PCF couvre l’intervention russe, réaffirme ses relations privilégiées avec l’URSS et considère l’invasion des chars "rendue nécessaire face aux menées dangereuses des éléments anticommunistes". Impasse aussi sur le caractère productiviste et pro nucléaire du PCF.
Historiquement le bilan du PCF, fondamentalement stalinien et social fasciste, jusqu’aux derniers moments partisan de la "dictature du prolétariat", c’est à dire de celle du parti, est totalement négatif.
Le PCF n’est pas, à proprement parler, un parti de gauche mais une secte marginalisée dont J-L Mélenchon a tenté de réveiller le cadavre. Fascisme et social fascisme sont frères, d’ailleurs on constate que les mêmes électeurs qui votaient hier PC votent aujourd’hui FN.
Mélenchon et le Front de gauche, PG et PCF, ne sont pas favorables à la réduction du nombre des régions et à l’intégration des départements aux régions qui supprimerait les inutiles et dispendieux Conseils Généraux, vaches à lait de l’UMPS et accessoirement de quelques loges et du PC.
Ils ne préconisent pas la suppression de l’élection monarchiste. Ils ignorent le Revenu Citoyen. La légalisation contrôlée leur échappe et à propos de celle de la prostitution Mélenchon insulte les journalistes qui veulent l’entraîner sur ces sujets "mineurs".
Inutile de parler de fédéralisme européen à ces nationalistes sortis des oripeaux de l’internationalisme promet t’as rien à la gueule de bois des lendemains qui chiantent.
Ne parler pas de girondisme à ces robespierristes raccourcisseurs de têtes. Ils ont tué Olympe et Condorcet... Bolchevicks, léninistes aux obédiences trotskoïdes ou stalinoïdes variés et avariés réconciliés au front rouge de honte.
JLM s’est donc allié au PC, dont la gauche devrait se débarrasser, encore et toujours, pour être et respirer. Mais devant son comportement de petit Bonaparte et sa volonté de casser définitivement la gauche même le PCF s’effraie et ne le supporte plus JLM et le Front de Gauche est mort aujourd’hui.

Pour compléter le portrait :
UN CANDIDAT AUTOPROCLAMÉ AUX AMITIÉS NON ASSUMÉES

TROPISME POUR LES DICTATEURS :
Castro, Chavez, Ahmadinejad, Khadafi, Poutine, les dirigeants chinois...
JLM crache sur les dissidents de dictatures à Cuba ou en Russie y compris sur leurs cadavres.
Il joue à saute cadavre sur Boris Nemtsov opposant à Poutine assassiné sur la Place rouge à Moscou. Mélenchon exécute la victime, « cacique eltsinien », « voyou politique ordinaire ». « Cela ne justifie pas qu’on l’assassine. Mais ... »
Au moment de la remise du prix Sakharov par le Parlement Européen au dissident cubain Guillermo Farinas, empêché par la dictature castriste de quitter l’île, Mélenchon quitte l’hémicycle.
Pour JLM : « Cuba n’est pas une dictature, pour moi clairement non. », « les Cubains choisissent librement leurs affaires », « Dans le contexte de l’Amérique du Sud, je ne suis pas d’accord pour qualifier Cuba de dictature et je salue la contribution de Cuba socialiste à la lutte des peuples. »
« Le Parlement européen est embrigadé dans des croisades anticommunistes qui m’exaspèrent. »
Et à la mort du dictateur JLM y va de son couplet : « Fidel, Fidel ! Demain était une promesse ! Fidel marche au ciel et voici l’épée de Simon Bolivar qui marche devant lui, devant nous ! » On se pince.
Il faut lire le grand écrivain algérien francophone Yasmina Khadra : « Castro a muselé et réprimé un peuple magnifique ». Cuba île prison, pas d’élections libres, pas de partis d’opposition, les manifestations interdites et les libertés fondamentales bafouées. Jacobo Machover écrivain exilé cubain rappelle la mémoire de tous les poètes qui ont dû fuir l’ile et fustige « les pleurnichards ignorants qui rendent un hommage grotesque au dictateur ». Les Dames en blancs, lauréates du prix Sakharov en 2005 bravent les interdits chaque dimanche pour réclamer la libération des dissidents. « Elles sont embarquées et relâchées en pleine nature par la Seguridad après avoir été harcelées et malmenées afin d’empêcher tout rassemblement d’opposition  » écrit Machover. Les jeunes fuient l’île par milliers. En 2015 il y a eu 8600 arrestations d’opposants nous indique Renée Fregosi. Chiffre confirmé par Amnesty.
JLM nous parle « camp progressiste » pour Cuba, la Chine et le Vénézuela chaviste…
JLM a soutenu indéfectiblement le régime de son « ami » Hugo Chavez, «  meilleur ami du peuple cubain », chef de la « République sœur » de Cuba et artisan de « la révolution bolivarienne ». Résultat des courses, un pays ruiné sans aliments, ni médicaments, sans liberté… 10 millions de dollars détournés par la néo-bourgeoisie bolivarienne dont la fille Chavez, plus grosse fortune du pays et qui suit l’exemple de Castro richissime dans une île ou les denrées de base manquent cruellement. Justice, police, armée aux ordres de Chavez puis du sinistre Maduro sa créature qui suspend aujourd’hui les élections.
En visite en Iran, Chavez avait assuré son homologue de son soutien inconditionnel. Après la Biélorussie, la Russie et le Qatar, Hugo Chavez visitait son « frère  » le sympathique Mahmoud Ahmadinejad. L’Iran et le Venezuela ont "des positions et des points de vue communs", s’est réjoui l’ancien président iranien. Chavez, fils spirituel de Fidel Castro, "frère" de Mahmoud Ahmadinejad, ami personnel de feu Saddam Hussein et de Khadafi...
Après avoir pris le Vénézuela comme exemple et depuis l’évidente déconfiture JLM se contente de dire penaud qu’« il n’y a pas d’exemple à suivre »… alors qu’hier il s’agissait de la « Révolution Bolivarienne » à suivre.
Comme si ces infamies ne suffisaient notre poutinien castro chaviste se réjouit des ventes d’armes et de rafales de son grand ami le marchand d’armes Dassault avec lequel il fricote depuis toujours. Cerise sur le plateau tibétain JLM y soutient l’oppression chinoise sous prétexte que le dalai-lama est un théologien. Critiquer, même sévèrement, les moines tibétains n’implique nullement de soutenir l’agression et l’oppression chinoises.
Mais JLM s’en bat des droits de l‘homme et affiche son soutien aux massacres du boucher Assad et de Poutine.

L’ÉCOLOGIE ROUE DE SECOURS :
Comment une telle alliance avec le PCF productiviste et pro-nucléaire aurait elle bien pu exister si JLM avait adopté les positions écologistes ? En réalité il s’est concilié avec les positions productivistes et pro nucléaires quand cela a arrangé sa carrière hors du PS et il se concilie avec les positions écologistes quand cela arrange sa carrière hors de l’alliance avec le PCF, comme il est resté au PS plus de trente ans quand cela a arrangé sa carrière de politicien gavé, comme il singe les pires populistes quand cela sert sa carrière électorale.
Je ne fais pas feu de tout bois mais seulement de la langue de bois consistant à éviter les sujets qui gênent et de la gueule de bois que tous ceux qui sont dupes connaîtrons encore une fois avec les mitterrandiens.
Qu’à cela ne tienne il reste à semer quelques illusions en récupérant ce qui reste à souiller. Et c’est bien sûr l’écologie, personne ne peut être contre… Et notre homme de recopier les programmes écologistes et d’arborer notre éco-socialisme mais dépouillé du REVENU CITOYEN, qu’André Gortz préconisait, c’est à dire dépouillé de son âme et de sa vigueur.
Écologisme opportuniste récent tout frais sorti du pire productivisme et des alliances pro-nucléaires.
La « dernière » couleuvre à faire avaler aux « insoumis sauf au chef » consiste à remplacer le concept opérant de « Transition écologique » par le concept pollué de « Planification écologique ». La transition écologique inclut naturellement le fait de la planifier comme pour toutes les politiques que nous menons. Les écologistes ne sont pas des niais refusant de planifier, tout au contraire et là n’est pas la question. Mais remplacer ce concept de transition écologique par celui de planification écologique c’est remplacer un concept de la culture écologique girondine par un concept de la culture du matérialisme historique jacobin léniniste du socialisme réel. C’est ne rien comprendre à l’écologie et à sa culture et lui tourner le dos voire l’assassiner par l’étatisme. Le concept de transition écologique planifiée autant que décentralisée serait acceptable, celui de « planification écologique » est culturellement inacceptable et vient salir la cause écologiste. Nous n’avons pas à recycler les productivistes et leurs concepts, nous avons une autre façon de penser et qui renverse la leur. Mélenchon si vous voulez passer au vert cessez de vouloir nous faire passer au rouge. Sachez que vert et rouge mélangés ça donne du brun. Si la presse des dominants n’aimait pas autant les populistes et démagogues qui font vendre du papier et servent la droite, cette candidature se viderait comme une baudruche au fil de la campagne. Le Figaro et Dassault s’inquiètent quand Mélenchon vient à baisser et il viennent chaque fois à la rescousse.
La mer elle n’est pas à boire et n’a qu’à bien se tenir avec ce caporal les pieds dans l’eau. Chassez le productivisme, il revient à la nage. JLM est pour « l’expansion humaine en mer » et veut industrialiser la mer : hydroliennes géantes, cultures d’algues, plateformes offshore. « Rien n’est hors de notre portée, sitôt que l’État et le collectif s’en mêlent ! ». Pour JLM il s’agit de « reculer les frontières de l’humanité » dans les domaines de la mer, de l’espace et du numérique !
Charlie note cette semaine : « Pas un mot sur la dévastation des océans par la pêche industrielle. Pas un mot sur la dislocation d’écosystèmes marins vieux de millions d’années. Mais un appel franchouillard à aller encore plus loin, main dans la main avec les seuls groupes capables d’investir massivement : Alston, Engie, EDF, Gamesa, Siemens. ». On va prendre la mer Dassault en quelque sorte. Les requins finissent par nous rendre sympathiques les «  capitaines de pédalo ».

À DROITE TOUTE CONTRE LE REVENU CITOYEN :
La question essentielle.
Question du journal Sud Ouest ed 25 01 17 P 3
S-O : « Que pensez-vous du Revenu universel ? »
JLM : « C’est une idée intéressante, mais elle suppose qu’on collectivise tout. Ce n’est pas mon programme. »
Faut croire que le leader maximo avait fumé la moquette ce jour-là ou bu un verre de trop quand on sait que tous ses partisans attaquent sans cesse le Revenu Universel comme « mesure libérale » ! Très drôle quand on constate qu’à chaque fois que l’on défend le Revenu Citoyen il se trouve toujours des bolchevicks de service, souvent mélenchonâtres contrariés, pour nous envoyer dans les pattes la mesure collectiviste de « salaire à vie » émanant de marxistes vulgaires archaïques qui font honte à Marx, et là en effet « on collectivise tout » en ramenant nos existences au salariat… Adieu l’abolition du salariat… JLM mélange tout, remue méninge comme il dit, grand n’importe quoi !
Dans tous les cas le Revenu Citoyen est combattu par cette extrême gauche.
Faut dire qu’en matière de revenu des travailleurs et des chômeurs le programme de FI est très chiche par rapport aux propositions des Esprits Libres et de Revenu Citoyen.
Sans REVENU CITOYEN, pas de revenus décents, pas de politique du partage du travail possible, pas de reconnaissance réelle de la valeur du travail, pas de politique écologique possible.
Cette question du refus du Revenu Citoyen constitue L’ESSENTIEL DE MA CRITIQUE DE FI et JLM qui ne comprennent ni la question du marché ni celle du travail et je développe ce point dans un billet exclusivement consacré à cette question :
Voir Philosophie et financement du Revenu Citoyen

FOSSOYEUR DE LA GAUCHE :
Grand espoir et aubaine de la droite et de l’extrême droite, JLM, candidat autoproclamé, passe plus de temps et d’énergie à attaquer le centre droit au pouvoir aujourd’hui que la droite et l’extrême droite. Si JLM n’existait pas la droite et l’extrême droite devraient l’inventer.
Les valeurs de gauche sont utilitaires chez JLM. Il s’en est toujours éloigné bien vite quand l’intérêt personnel, sa carrière de sénateur et de ministre sous Mitterrand et l’intérêt électoral parlent.
Dans le seul but de barrer Hollande il refuse toute primaire dans le climat actuel où le risque d’un second tour opposant la droite à l’extrême droite est manifeste.
Le Figaro fait l’éloge de JLM et sait qu’il n’a pas de meilleur allié pour torpiller la gauche que celui qui nous mène à un second tour entre la droite et l’extrême droite, celui dont l’unique obsession et de barrer Hollande et qui se comporte en petit Bonaparte dans sa bande.
L’attitude de haine de Mélenchon crée une fracture irréparable à gauche et entre la gauche et le centre. Les ralliements qu’autorisent une primaire et les reports de voix ne pourront se faire et la droite se frottera les mains. Mélenchon est un fossoyeur de la gauche et de la nécessaire alliance de la gauche, d’une partie du centre et des écologistes.
Refuser la primaire c’était de pas vouloir affronter Hollande. C’est se retrouver avec Hamon, Jadot, Mélenchon et Macron, c’est à dire chercher à garantir un second tour entre la droite et l’extrême droite. C’est OUBLIER LE 21 AVRIL !
JLM c’est la politique du pire : liquider la gauche et tout faire pour que le FN l’emporte afin de profiter du chaos.
Force est de constater qu’en jurant de « ne plus jamais voter socialiste » bon nombre de membres de la secte mélenchoniste avoue ainsi qu’il laisseront élire les candidats de l’extrême droite, virant ainsi au social fascisme.
Il est pourtant bien clair que JLM est le moins bien placé pour affronter l’extrême droite. Fillon, Macron, Hamon, un écologiste battront probablement Le Pen mais pas JLM comme on l’a déjà vu dans le Nord. Pouvons nous risquer la catastrophe pour ce carriériste ?
Mélenchon représente la vieille gauche passée du trotskisme au bonapartisme et par toutes les étapes du productivisme, poule mouillée incapable de se présenter à une assemblée de Nuit Debout tellement il était certain de se faire virer, tellement il est hors du véritable mouvement sociétal, tellement il incarne le vieux monde.
Mais la nuit sera longue, en Esprits Libres nous resterons debout et le réveil sera brutal pour ces nostalgiques des petits soirs minables et des lendemains qui chiantent.

JLM « IDIOT UTILE » DE MACRON :
L’objectif des Esprits Libres est de battre l’extrême droite d’abord et la droite ensuite. Pour cela nous disposons de Hamon que nous soutenons et de Macron en réserve.
À la veille du premier tour les électeurs républicains, européens, tous les Esprits Libres devront faire leur compte et se demander qui de Hamon ou de Macron est capable de se qualifier. Espérons un duel au second tour entre Hamon et Macron si nous parvenons à distancer la droite et l’extrême droite. Mais si par malheur les deux étaient distancés par Fillon et l’extrême droite, le plus mal placé, de Hamon et de Macron, devrait se retirer et nous les appelons aujourd’hui à passer ce pacte.
Si le moins bien placé ne se retire pas les électeurs choisiront eux mêmes le mieux placé pour qualifier l’un des deux et battre l’extrême droite en écartant la droite.
La candidature JLM risque de placer Macron en situation de se qualifier au détriment de Benoit Hamon. En ce sens JLM n’est que l’idiot utile de Macron. Pour autant il ne s’agit en aucun cas de rechercher l’unité avec FI et JLM qui ne cherchent nullement à gagner cette élection mais seulement à nous nuire avec un caporal les pieds dans l’eau mitterrandien bonapartiste nationaliste populiste antieuropéen. Plus l’on se démarquera de cette engeance et mieux nous nous porterons. C’est sans eux qu’il nous faut gagner. La victoire ne sera que plus belle. Esprits Libres, front uni des démocrates et des européens contre les nationaux populistes, contre la droite et l’extrême droite.


PROGRAMME COMMUN ROUGES BRUNS

Petit jeu : Savez-vous distinguer la rhétorique de JLM à celle de la candidate d’extrême droite ?
Et JLM chouchouté par la droite et l’extrême droite.

THÉOLOGIE ET CULTE DU CHEF :
Derrière un voile laïque JLM est un théologien. « Dieu » est simplement remplacé par le concept de « peuple » et roule ma poule, on plume la volaille électorale gratis. On parle « au nom du peuple » comme d’autre au nom de « Dieu ». Pas de risque d’être démenti car le « peuple » n’écrit pas d’article, ne parle pas à une tribune. Ceux qui descendent dans la rue ne constituent nullement une entité homogène susceptible de faire peuple. Confondre les bonnets rouges, les manif pour tous, les Charlie, les anti loi travail et les manifs de flics n’a aucun sens. Des théologiens de la « convergence de lutte » viennent au secours mais les luttes divergent. Si Theillard de Chardin pouvait avancer que « Tout ce qui monte converge » nos théologiens auront du mal à nous faire croire que tout ce qui descend dans la rue converge, que tout ce qui bouge est rouge, même si les populistes ont bien des points communs en particulier de caresser certains bas instincts dans le sens du poil.
Derrière les incantations et vociférations robespierristes, « Qu’ils s’en aillent tous » et autres, la vacuité de la pensée est masqué par l’appel à une constituante censée remplir les cases vides comme les référendums sont censés répondre quand on n’ose pas soi-même se prononcer ou annoncer la couleur... C’est que les extrêmes partagent le slogan néo fasciste : "Vos idées sont les nôtres" du genre « le peuple a toujours raison ». C’est pratique, c’est populiste mais c’est indigne du politique. Sur l’élection monarchiste la duplicité et la lâcheté de JLM sont à leur comble. Il la condamne en parole en privé, mais ne veut pas la supprimer dans son programme et en réalité car il croit que les gens sont trop bêtes pour comprendre le caractère droitier et néfaste du monarchisme. Faut dire qu’il est imprégné de monarchisme dans la tradition des Bonaparte précisément et de son idole cinquièmiste Mitterrand. Culte du chef partagé avec l’extrême droite, de l’homme providentiel et de son infaillibilité pontificale. Dérapages langagiers afin d’attirer les médias et même insultes que l’extrême droite vis à vis des journalistes. La filiation trotskyste lambertiste et donc léniniste et bolchevique, comme le fil de la Terreur qu’ils ne condamnent pas, la filiation mitterrandienne et marchaisienne et les appétences castro-chavistes et poutiniennes les font nager en eaux troubles droitières totalitaires. Courant néfaste qui salit la gauche et la belle perspective d’une nouvelle république.

NATIONALISME, MILITARISME, AUTORITARISME :
« Nous avons tout ce qu’il faut pour reprendre le fil de notre histoire. À condition de renouer avec le projet universaliste que notre diplomatie et nos armes doivent porter. De lui dépend qu’on puisse de nouveau combiner présence et utilité, efficacité et grandeur. (…) ».
Pour appuyer ces complets qui parlent d’eux mêmes une très proche de JLM précise la couleur : « La question patriotique et de la définition de notre nation sera au cœur du débat en 2017 »
JLM et son mouvement ont remplacé l’Internationale par la Marseillaise sans changer ses paroles guerrières et racistes et réclament en cœur qu’un « sangimpur abreuve nos sillons »…

Enfoncé le clou militariste : « Ouvrir la possibilité d’un service militaire comme une composante du service citoyen obligatoire » « La jeunesse au service de l’intérêt général et de la sûreté de la Nation : créer un service citoyen obligatoire et une garde nationale ».
« La défense doit retrouver un lien avec la Nation tout entière, rompu depuis la fin de la conscription ». Il était beau le temps des colonies papa car avant la fin du service militaire les armées incarnaient la nation toute entière…
Ce militarisme n’est que le bras armé logique du « patriotisme économique », du « protectionnisme solidaire » et de « l’indépendantisme français » centraux dans la campagne.
Tout cela « au nom du peuple », avec « la révolution par les urnes » pour se situer finalement « au dessus de la gauche et de la droite », en léchant la roue de l’extrême droite tout en prétendant vouloir être légitimes à gauche !
Programme nauséeux et renégat calqué sur le discours de l’extrême droite.
On savait les affinités de JLM avec son ami patron marchand d’armes Dassault, le voilà du coté de la police sans discernement. Les manifestations de policiers sont « non manipulées » par l’extrême droite et on renchérit sur le caractère « républicain » de la police. JLM ne condamne en rien les manifestations illégales des policiers en direction de l’Élysée au prétexte que « l’État n’est plus respecté quand il n’est plus respectable ». Il trouve « surprenant » de voir dans ces manifestations des policiers cagoulés mais se garde bien de condamner ce fait très grave digne de la cagoule et des ligues factieuses, digne des voyous que ces policiers sont censés combattre. Pour nous, Esprits Libres un policier qui manifeste sans autorisation mérite un blâme et un policier qui le fait en se cagoulant mérite d’être écarté de ce corps au moins le temps d’une nouvelle formation républicaine.

ANTI-EUROPÉEN, ANTI-FÉDÉRALISTE, GERMANOPHOBIE :
Un programme nationaliste anti-européen de faillite assurée.
Le PG et JLM cherchent le Frexit tout aussi sûrement que le parti d’extrême droite.
Pour eux, « La monnaie unique est aujourd’hui devenue insoutenable. »
Leur « plan A » prétend « négocier » avec nos partenaires pour changer l’Europe mais AU PRÉALABLE on salope la dite « négociation » en s’affranchissant unilatéralement des règles communes européennes. On impose une pause aux autres pays et on bloque les capitaux pour stopper la fuite et tenter de faire face à la panique financière.
Leur « plan B » s’imposerait car il est clair qu’aucun pays digne ne peut accepter une telle attitude de la part de notre pays. Recours à la démocratie référendaire, c’est à dire fin de la démocratie, et guerre économique vis à vis de nos ex partenaires puisque l’on donne unilatéralement à la Banque de France le droit d’émettre, non des francs, mais des euros… Sécession et déclaration de guerre économique !
Cela mènerait notre pays à être condamné par la Cour de Justice Européenne, à des sanctions financières, au blocage des fonds structurels et aux crédits de la PAC etc. Réponse du PG et de JLM : « Nous pouvons ne pas payer les amendes ». Tout cela alors que la France est déjà dépendante de sa dette extérieure de 41% de son PIB emprunté à l’étranger pour financer sa dette publique. L’insolvabilité au bout…
Selon Eric Dor, Directeur des Etudes Economiques à IESEG School of Management et observateur scrupuleux de ces questions monétaires : « Je vois difficilement la Bundesbank accepter que la France imprime ses propres euros sans rien faire. S’affranchir des règles monétaires de l’Union Economique et Monétaire risque de bloquer les échanges financiers de la France avec ses voisins, et au final cela revient à faire exploser la zone euro. »
Cela entraîne un blocage des relations financières et commerciales avec les partenaires de la zone euro, une vénézuélisation de notre pays et une inflation incontrôlée avec un eurofranc dévalué par rapport à l’euro.
Quel taux d’intérêts payerait la France si elle était hors de l’Euro ?
En 80 la France payait 3% de plus que l’Allemagne, en 2017 elle paye moins de 1% de plus.
Par projection il faudrait multiplier ces taux par deux et demie c’est dire un coût catastrophique.
Ce serait par exemple une perte considérable pour tous les détendeurs d’une assurance vie.
Notre dette est en euros et non en francs. Nos créanciers exigerons d’être remboursée en euros et non dans une monnaie dévaluée sans garantie. Si nous réduisons la valeur de notre dette unilatéralement sans négociation, si nous prétendons rembourser moins que ce que l’on doit comme le préconisent l’extrême droite et l’extrême gauche les agences de notation et les tribunaux internationaux prononceront le défaut, exigeront le paiement immédiat des dettes et procéderont aux saisies. À cause de la dette, sortir de l’euro provoquerait la ruine de la France. Ceux qui, FN et FI, veulent sortir de l’euro peuvent être qualifiés sans erreur de traîtres à la patrie et d’antinationaux contrairement à leurs affichages.
Pour faire face à la crise politique et financière internationale il s’agit au contraire d’appuyer la monnaie unique sur une organisation fédérale des pays de la zone euro avec un parlement commun à Strasbourg. Ce afin de coordonner et d’harmoniser les politiques par un budget commun et une harmonisation fiscale et sociale renforçant les convergences afin de rétablir la confiance, afin, par exemple, que les excédents d’épargne allemands s’investissent en confiance dans la zone euro. Plus de fédéralisme, moins de nationalisme. Vive le noyau fédéral européen autour de la zone euro et aucune alliance avec les rouges-bruns nationalistes.

La dernière trouvaille du SOCIALISTE POPULISTE NATIONALISTE Mélenchon : « L’EUROPE ON LA CHANGE OU ON LA QUITTE » est un écho simiesque au slogan des NATIONAUX SOCIALISTES POPULISTES d’extrême droite « LA FRANCE ON L’AIME OU ON LA QUITTE. »
Avec cette surenchère visant à tuer l’Europe, JLM, jadis maastrichtien, sert du petit lait à l’extrême droite. Ce sont les mêmes mots, les mêmes maux ! Dans la course à l’échalote extrémiste cet anti-européen veut sortir de « tous les traités » voire de l’U.E. L’insulte outrancière est généralisée et aveugle : « Je crois que l’Europe qui a été construite, c’est une Europe de la violence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’arrive un travailleur détaché qui vole son pain aux travailleurs qui se trouvent sur place. Une Europe de la violence politique comme nous l’avons vu appliquée à Chypre et à la Grèce. Et une Europe de la violence guerrière, comme celle que vous êtes en train de préparer face à la Russie. »
On se réjouit du brexit et flatte le « non » ultra droitier et mensonger anglais nommé "peuple", on se réjouit de la défaite de Hilary Clinton comme on promet de ne plus jamais voter pour un socialiste ce qui veut dire même en face d’un fasciste…
En proposant de quitter l’OTAN tout en refusant une armée européenne JLM munichois désarme notre continent face aux superpuissances et en particulier face à Poutine. Les Esprits Libres proposent de quitter l’OTAN mais à la condition d’élaborer une défense commune européenne. Comme en matière de souverainisme, en matière de défense le niveau fédéral européen est le bon et la coopération renforcée doit jouer pour servir de bouclier aux États membres de l’UE et pour se coordonner
avec l’Angleterre.
GERMANOPHOBIE
JLM recycle aussi les plus infâmes discours germanophobes. Dans son pamphlet « Le hareng de Bismarck », il s’avère nostalgique de la défunte Allemagne de l’Est. L’outrance vis à vis de nos amis allemands est sans limite et indigne :"Rompre avec le poison allemand est donc une exigence nationale, populaire, sociale et philosophique pour le camp du progrès humain et la lutte contre le productivisme." Ce n’est pas ainsi que l’on réforme l’Europe dans un sens fédéraliste, c’est ainsi qu’on cherche à la détruire avec toujours le même nationalisme puant.
Son livre « Qu’ils s’en aillent tous ! » déferle de nationalisme : « Les menaces de troubles aux frontières de l’Union européenne sont visibles. Mais l’intérieur de l’Union n’en est pas exempt. Beaucoup viennent du fond de l’histoire et cantonnent dans les mémoires. Je veux être direct : je ne vois pas, par exemple, que les relations des Allemands avec tous leurs voisins soient définitivement apaisées. Nous-mêmes, Français, ferions bien d’admettre que la génération dirigeante de l’Allemagne réunifiée n’est plus celle que le remords raisonnait et que la division en deux États contenait. » Nationaliste français qui préfère un peuple allemand divisé en deux états. Et encore « Avoir consenti que les Allemands soient plus nombreux que les Français dans le Parlement européen est une faute. » quand on sait que les Allemands sont 80,5 millions et nous 66 !
JLM a odieusement instrumenté le match Allemagne-France lors de l’euro et commenté la victoire de la France ainsi : « Morale du match : l’adversaire invincible n’existe pas pour ceux qui veulent vaincre. » Propos belliqueux vis à vis de nos frères du peuple allemand, propos accompagnés d’une photo ridiculisant la chancelière. Chaque citoyen français qui se respecte ne peut que condamner les propos honteux de haine de ce triste sire.
AIMER LA FRANCE C’EST AIMER L’EUROPE. Il est temps que la gauche, le centre et l’écologie se retrouvent autour de l’européisme et plaide pour un noyau fédéral européen dans une Europe politique et culturelle. La souveraineté nationale est un leurre, un mensonge, une impasse, une impossibilité matérielle étant donnés les rapports de force, la souveraineté sera européenne ou ne sera pas. VIVE LE SEUL SOUVERAINISME POSSIBLE, LE SOUVERAINISME EUROPÉEN.
Les dynamiques de la campagne échappent aux rouges bruns totalement hors du réel comme d’habitude dans leur posture anti-européenne d’extrême gauche. Le fédéralisme d’un noyau fédéral autour des pays fondateurs et de l’axe France-Allemagne s’impose devant la nouvelle situation internationale et le sentiment communautaire remonte porté qu’il est par Jadot, par Hamon et par Macron face aux nationalistes populistes dont la Marine reste la valeur sûre et dont les Mélenchon, en chute libre et devenu caporal les pieds dans l’eau, Dupont Aignan et autres ne sont que les idiots utiles. Oui, bien sûr, Europe de la défense, traité énergétique et budgétaire. Le seul souverainisme possible, c’est le souverainisme européen. Aimer la France, c’est aimer l’Europe. Nous gagnerons avec Hamon si nous l’aidons sinon ce sera Macron. À nous de choisir mais heureusement dans les deux cas c’est l’option européenne qui l’emportera malgré tous les efforts que vous faites sous un drapeau, de fait rouge brun, que vous le vouliez ou non, avec votre choix systématique de la politique du pire. Ne rien apprendre depuis les groupuscules de 68, depuis 1905, et avoir raison à condition de ne surtout pas s’occuper de la réalité qui encombre une dialectique qui n’a jamais cassé les briques et des lendemains qui chiantent quand le présent est au rendez-vous et nous convoque.
Alors que nous avons en Europe une grande majorité de gouvernements droitiers non écologistes comment voulez vous que l’Europe soit idéale ? Les dernières élections européennes ont confirmé ces tendances droitières. Si nous voulons faire évoluer l’Europe ce n’est pas en la tenant pour bouc émissaire de nos propres incapacités à changer notre propre république. Le Parlement Européen est par exemple beaucoup plus démocratique, féminisé et écologiste que le nôtre...
Dire qu’il faut quitter l’Europe pour la changer c’est comme dire qu’il faut quitter la France parce que le gouvernement ne nous plait pas ou la région ou la commune. Non nous sommes à l’intérieur de l’Europe et nous devons la faire progresser en commençant par changer l’élément que nous sommes et qui la constitue.
« Antifédéralisme » et illusoire et démagogique « souverainisme national » partagé avec l’extrême droite. Jacobins coupeurs de têtes, haine du fédéralisme décentralisateur et la haine de l’Europe.

France Insoumise !
FRANCE… Ça commence bien ! On annonce la couleur, elle sera franchouillarde. On n’est ni révolution, ni internationalisme, ni europe. On flirte avec les nationalistes. D’autre on déjà « Front National » et « Debout la France », avec « France insoumise » on joint les de bouts, les deux boues… Le drapeau rouge peut laisser la place et le front n’est plus rouge que de honte.

LES TRAVAILLEURS VRAIMENT « DÉTACHÉS » :
Changement aussi sur l’immigration où l’ultra immigrationiste JLM du « liberté, égalité, fraternité… français » change de cap lorsqu’il voit progresser l’extrême droite…
Dans ce nouveau « Programme Commun » Mélenchon et la candidate d’extrême droite se disputent la même part de « Marchais » ! Mélenchon dénonce le "travailleur détaché qui vole son pain au travailleur qui se trouve sur place". Vous avez bien lu gens de gauche ! La Le Pen peut répéter mots pour mots ces récentes paroles de JLM. Faut dire que les deux se targuent de parler « Au nom du peuple » sic.
Un travailleur devient un voleur chez vous monsieur JLM alors que ce sont les capitalistes qui les emploient qui sont les voleurs. Vous ne le saviez pas ?
Et ne passons surtout pas le contexte de cette phrase sous silence qui n’est pas à l’avantage de JLM anti européen et germanophobe. JLM déclare « Je crois que l’Europe qui a été construite est celle de la violence sociale, comme nous le voyons dans chaque pays chaque fois qu’arrive un travailleur détaché qui VOLE SON PAIN à celui qui se trouve sur place (…). Tout cela est une folie ! Et cette Europe-là, les peuples ne cessent de vous le dire, où bien vous la changez en faveur des êtres humains, où bien nous la quitterons tous ! ». Extrême droite pur jus et en ce qui concerne l’Europe et en ce qui concerne les travailleurs détachés qui volent le pain des autres travailleurs. Sauf que JLM va plus loin que l’extrême droite puisqu’il envisage de sortir de tous les traités, qu’il tient des propos germanophobes et qu’il insulte des travailleurs... Le "vole son pain" est ici à la fois un jugement et un résultat. Contexte de ce dérapage où l’on voit tous les complices de Poutine, qui voulaient lui livrer les deux porte-avions, de l’extrême droite à JLM, chercher à démanteler l’Europe. Cette critique de l’Europe ne consiste pas à réclamer un noyau fédéral seul capable de permettre un souverainisme européen mais reprend le propos nationaliste d’un souverainisme national illusoire.
Faut dire qu’en matière de vol monsieur JLM ne vole pas toujours très haut et qu’il a ses habitudes : « Moi, quand je voyage, je voyage en classe affaires. J’ai passé l’âge d’aller me faire briser le dos à la classe économique ». Ne mélenchon pas les torchons et les serviettes s’il vous plaît, sénateur le cul dans la graisse un jour, arrière-train de sénateur toujours... JLM celui qui tutoyant depuis toujours Dany exige d’un coup le vouvoiement môssieur...

LANGUE DE BOIS ET DISCOURS DE HAINE :
Langage simpliste et manichéen, forme vulgaire et outrancière, culture du bouc émissaire. « Eux ou nous » rappelle « Leur morale et la nôtre » de Léon Trotski et le stalinien « Classe contre classe ». « Qu’ils s’en aillent tous », « Immigration = chômage », « Nos idées sont les vôtres » rapprochent ces populistes frères ennemis. Ils développent l’un et l’autre un DISCOURS DE HAINE, de mépris et de coupeurs de têtes. Attitude hautaine d’insultes répétées vis à vis des journalistes. Dans des tracts du PG comme dans les bons papiers de l‘extrême droite le physique des gens est attaqué et l’insulte est la règle. Torchons des deux extrêmes qui finiront mêlés dans les poubelles de l’Histoire.
Si ces deux là s’affrontent accessoirement c’est pour se disputer la même part de marché, pour ne pas dire la même part de Marchais, celle que le PCF occupait à la belle époque du social fascisme et du social impérialisme soviétique dont le bilan de 86 millions de morts était jugé globalement positif par ce monsieur… Leur poutinisme est commun. Aujourd’hui ce sont des valises pleines des billets des banques poutiniennes que portent les nervis du F. Haine quand Mélenchon crache sur les cadavres des adversaires de Poutine et fait l’apologie de Chavez et de Castro…
Quand ces extrémistes parlent de 6ème République ils font peur aux enfants et en discréditent l’idée mais ils ne font pas peur aux Esprits Libres.
Ces deux là proposent comme nous une « 6ème République » mais ne proposent pas de supprimer l’élection présidentialiste monarchiste, ni de supprimer les Conseils Départementaux, ni de mettre en place un noyau fédéral européen qu’ils combattent sur une posture nationaliste chauvine opposant un « souverainisme national » parfaitement illusoire, au souverainisme européen possible et nécessaire.
Avec JLM nous ferons comme Mendes avec les communistes, si un jour il vote pour nous, nous ne compterons pas sa voix !

CONTRE LE « LIBÉRALISME »  :
Le libéralisme politique est une valeur essentielle de la gauche libertaire contre la gauche totalitaire. En remplaçant le terme de capitalisme par celui de « libéralisme » le PCF et l’extrême gauche entretiennent la confusion et font un cadeau énorme au système capitaliste, qui n’est le plus souvent pas libéral mais répressif et monopoliste mais qui, traité de « libéral » apparaît comme défenseur des libertés… Avec cette analyse fausse on en arrive à traiter Pinochet de « libéral », dialectique minable, incapacité sémantique de combattre le capitalisme. La gauche totalitaire anti-libérale est là l’alliée du capitalisme. Assimiler le capitalisme au "libéralisme" est plus qu’un crime, c’est une faute qui range de facto le capitalisme dans le camp de la liberté ! C’est la confusion entre le libéralisme politique qu’il s’agit de défendre et d’un certain libéralisme économique qu’il s’agit de combattre. Mais naturellement le PCF et une partie de la gauche de la gauche sont aussi ennemis du libéralisme politique c’est à dire de la liberté tout simplement. Défendons le libéralisme politique face aux totalitaires autant qu’il faut combattre un certain libéralisme économique, le néo libéralisme dont le nom reste le « capitalisme ».

LA PROPORTIONNELLE INTÉGRALE :
CRITIQUE DU SCRUTIN MAJORITAIRE
Il garantie la majorité mais au prix de la disparition de la démocratie et à l’avantage de l’uniformité, de la pensée unique, de la disparition des minorités « non consentantes » et du féodalisme bipartisan.
Scrutins majoritaire et proportionnel intégral, ne sont que deux dangereux extrêmes d’une multitude de scrutins mixtes possibles. On ne peut réduire une palette de couleurs en dégradé à ses deux couleurs extrêmes.
Le choix citoyen consiste à choisir et à doser la mixité majoritaire-proportionnelle dans un double soucis : Comment garantir une majorité et une stabilité gouvernementales ? Comment représenter au mieux les minorités sans mettre en cause le fait majoritaire ? Ces deux curseurs activés le système mixte proposé ici est, l’un des possibles, au plus prés de ces objectifs et préoccupations démocratiques.
Contestons l’appartenance des partisans de la proportionnelle et des partisans du majoritaire, même mâtiné d’une « dose » homéopathique de proportionnelle, à un projet citoyen de 6éme République dans la mesure ou ils nient un pan essentiel de la démocratie : nécessité d’une majorité ou représentation des minorités !
Dire qu’une 6éme République suivra la 5éme est une nécessité mais aussi une confortable vérité historique, une banalité évidente et une lapalissade, qui inéluctablement s’imposera un jour. Cela ne suffit pas à avoir raison ou à constituer un camp. Le F.N. préconise une 6éme République mais cela ne nous concerne pas pour autant. Prenons en compte les contenus citoyens des propositions constitutionnelles.
Une fausse bonne idée de Gribouille-Montebourg-C6R consiste à se défausser en concédant une Assemblée élue au scrutin majoritaire « chambre majoritaire » et un Sénat à la proportionnelle « chambre d’opinion » ! Nous serions là dans une 5éme bis car notre assemblée serait la même qu’aujourd’hui !
L’Assemblée Nationale est LE lieu du débat démocratique et de la décision législative. Toutes les forces doivent être représentées ! L’Assemblée représente les citoyens dans toutes les composantes et nuances et incarne le pouvoir de légiférer. Elle concède le pouvoir de gouverner à la plus forte minorité. Livrer cette Assemblée aux seuls partis « majoritaires » en supprimant le débat et les minorités est misérable. Le vrai débat serait relégué au Sénat devenant sorte d’Assemblée bis passionnante mais impuissante ! Que le Sénat soit remplacé par une CONVENTION CITOYENNE entièrement tirée au sort mais que l’Assemblée soit aussi la plus proportionnelle acceptable c’est à dire proportionnelle autant que le fait majoritaire n’est pas en cause.

CRITIQUE DE LA PROPORTIONNELLE INTÉGRALE :
Comme l’enfer est pavé de bonnes intentions, sur le papier la proportionnelle intégrale semble la proposition la plus démocratique. Miroir aux alouettes, attrape-nigauds. La revendication de proportionnelle intégrale à toutes les élections risque de rendre ingouvernable les institutions. C’est précisément de cette instabilité qu’est née la Vème République sur les lambeaux de la IVème. Le fascisme y fait régulièrement son nid. On comprend bien l’intérêt pour l’extrême droite FN de rendre le pays ingouvernable jusqu’à ce qu’un État fort vienne y mettre bon ordre nouveau. Dans un même ordre d’idée le PC s’inscrit dans cette démarche. Les Verts eux y viennent par immaturité, démocratisme primaire. Pour eux les élus deviennent des bisounours qui vont former à chaque fois des majorités d’idées. Ils n’envisagent pas les tempêtes et les crises et ne retiennent pas les leçons de l’Histoire. Il convient de revendiquer la proportionnelle paritaire la plus intégrale et la plus forte possible, mais avec correctif majoritaire, c’est à dire prime au gagnant garantissant une majorité.

LA DÉMOCRATIE RÉFÉRENDAIRE :
Ce programme commun rouge brun se réalise aussi autour de la néo fasciste DÉMOCRATIE RÉFÉRENDAIRE c’est à dire du renoncement à la démocratie représentative et délibérative. A chaque vide on répond "référendum". Référendums dont l’Histoire sait le caractère anti démocratique et anti républicain.
Ils ont en commun leur l’alignement béat sur le chef et la CULTURE DU CHEF.
Ils ont en commun de parler au nom du peuple comme d’autres parlent au nom de Dieu. Ils passent leur temps à s’inventer un peuple abstrait qui leur sert de paravent. Ainsi nul ne peut les contester.
Ils partagent aussi la haine du libéralisme en général, c’est à dire, sous couvert de lutte contre le libéralisme économique, la lutte contre le libéralisme politique. La lutte contre l’arbre du libéralisme économique cache, chez eux, la lutte contre la forêt du libéralisme politique. On ne parle plus du « capitalisme » mais du « libéralisme »… Condorcet et Olympe de Gouge en perdent la tête d’un coté et de l’autre on réclame la Pen de mort… Dans les deux cas on jette le bébé avec l’eau du bain, finie la démocratie, fini le libéralisme politique, finie l’Europe…
Le référendum c’est la négation de la démocratie représentative et des corps intermédiaires.
Il porte en lui la démocratie référendaire chère à l’extrême droite et aux populistes de tous poils.
C’est le fameux slogan populiste fasciste « Vos idées sont les nôtres ! » où le politique, pour le pouvoir, renonce à ses convictions.
Lorsqu’il n’y a plus dieu, le droit divin et le roi, les dictateurs et les régimes autoritaires cherchent une légitimité dans un "peuple" qu’ils inventent et dont ils font leur chose. Il s’agit de faire croire aux citoyens qu’ils se fondent dans un "peuple" qui existe dans un seul corps, une nation, un Etat, une politique, un homme, un chef, un duce, un président tirant sa légitimité du suffrage universel etc. Un homme au dessus de tout, des partis, des corps intermédiaires, des chambres. Un homme en lien direct et qui parle au nom du peuple pour finalement l’étouffer. C’est le populisme et dans le pire cas le fascisme ou le social-fascisme.
Le référendum, comme l’élection monarchiste française est d’essence droitière. C’est avec cette arme du référendum que Napoléon enterre définitivement la Révolution et établit son Empire et que le futur Napoléon 3 écrase la deuxième République.
Le référendum c’est la tentative de la droite et de l’extrême droite de saboter, PAR LA DROITE, l’Union Européenne au seul bénéfice du nationalisme. C’est hier encore l’aéroport dément conforté en Bretagne, c’est en Suisse le rejet du Revenu de base, en Islande la nouvelle constitution écrite par une assemblée populaire rejetée, en Colombie rejet de l’accord de paix... Quels dégâts...
C’est encore avec l’arme du référendum que la droite française bonaparto-gaulliste légitime son coup d’État en 58 puis assassine la République en 62 en introduisant l’élection du président au suffrage universel. Le référendum appartient à la culture de droite, au duce. Le dictateur tente d’établir un lien direct entre l’invention qu’est le « peuple » et lui en passant par dessus les partis et les corps intermédiaires dont les contre pouvoirs. Le fait que je donne toujours raison au peuple est la preuve que j’ai toujours raison puisque je suis le peuple, du verbe suivre et du verbe être, incarner.
Le référendum c’est aussi l’art de répondre par oui ou par non à une autre question que la question généralement mal posée ! Question méritant le plus souvent autant d’arguments pour le oui que d’argument pour le non. Question qui pourrait aussi mériter une autre réponse que ce manichéisme, réponse qui pourrait être amendée.
Un référendum, c’est un piège à citoyens, un plébiscite à disposition des puissants. Question le plus souvent manichéenne. Le peuple doit dire oui ou non et pas un mot de plus, puis se taire. Processus Canada dry de la démocratie. La manipulation des appareils d’Etat, médias, gouvernements, argent, machines à abrutir se met en marche. Le peuple en sort divisé entre deux camps hostiles. Un référendum peut être l’instrument idéal du populisme voire du fascisme. La conséquence d’un référendum est donc généralement une carte blanche pour le pouvoir renforcé devant un peuple divisé.

MANDAT IMPÉRATIF ET RÉVOCATION DES ÉLUS :
Contre la DÉMOCRATIE VIVANTE REPRÉSENTATIVE.
L’enfer étant pavé de bonnes intentions, la mode fait régulièrement remonter en surface ces vieilles et toujours séduisantes autant que démagogiques et nauséabondes sornettes populistes.
Le mandat impératif est le pouvoir délégué à un élu en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger. L’élu ayant un mandat impératif ne représente que les électeurs l’ayant élu.
Ce ne peut être le cas dans une assemblée d’élus ou chaque élu représente l’ensemble de la communauté donnée.
La procédure de « révocation » sanctionne l’élu qui s’est écarté du mandat impératif. Introduire une telle procédure dans une assemblée, le vote étant heureusement anonyme et les élus n’appartenant pas à tels ou tels électeurs, c’est donner à la majorité le pouvoir de se débarrasser des minoritaires gênants.
Un bon statut de l’élu,
le non cumul strict,
la limitation à deux mandats successifs,
la transparence et la suppression d’avantages abusifs, réserves parlementaires etc.,
la proportionnalité large, le respect de fortes minorités dotées de moyens et d’expression, et la parité dans une assemblée élue,
une majorité claire sans « combinazione »,
la présence d’élus tirés au sort au prorata des votes blancs dans l’assemblée élue,
les CONVENTIONS CITOYENNES, dotées de moyens d’expertise et d’information, entièrement tirées au sort et doublant, tel le Sénat et remplaçant le Sénat au niveau national, les assemblées nationale et régionales, la délégation européenne et les Conseils Municipaux,
l’aide et la reconnaissance du statut d’utilité publique pour les associations de lutte contre la corruption comme Anticor,
tout cela contribuera, avec les procédures actuelles de levée d’immunité, à veiller au bon travail et à la bonne éthique des élus dans une 6ème République digne de ce nom.
Dés lors la « révocation » normale ou la « reconduction », sera l’ÉLECTION enfin démocratique et représentative, démocratique parce que représentative.
Nous souffrons aujourd’hui de n’avoir pas d’assemblées et de démocratie représentatives et ce n’est pas en supprimant ce que nous n’avons pas, en jetant le bébé avec l’eau du bain, que nous obtiendrons une DÉMOCRATIE VIVANTE.
Un élu doit pouvoir travailler sur le long terme et, comme un chercheur, ne doit pas se soumettre à ou s’imposer, ou se contenter de répondre aux sollicitations de l’actualité, des faits divers, des passions tristes comme la colère, le ressentiment ou l’indignation.
Il ne doit pas se sentir otage de tel ou tel groupe mais agir en son âme et conscience.
Il doit pouvoir écouter ses collègues, s’amender et modifier son point de vue.
il doit pouvoir se libérer du carcan de la pensée de son parti, de la pensée dominante et de l’ordre établi. Il doit pouvoir être et rester minoritaire, résister.
Il doit vouloir agir, pouvoir agir et agir en esprit libre.

« AYEZ PITIÉ DU FN ».
JLM joue les messieurs bons offices entre les BANQUES et l’ EXTRÊME DROITE ! Mauvais AFFECT ROUGE-BRUN que d’exprimer de la "PITIÉ" POUR LES NÉOS FASCISTES avec pour effet ou volonté de cacher leur tropisme qui trouve refuge auprès des banques de POUTINE. PITIÉ plutôt pour "les cocos et les gogos" qui vont devoir, de tout cela, faire FI...
Mélenchon aux banquiers : « Ayez pitié du F.N. ».

ABANDON DE L’ANTIFASCISME
Il va de soi que les ANTI-FASCISTES, les démocrates, les esprits libres soutiendront n’importe quel candidat, même FI le cas échéant !, face à une extrême droite éligible. Ce n’est hélas guère le cas pour une bonne part de l’extrême gauche FI qui refusent fanatiquement de « voter pour un socialiste  » dans toutes les configurations et pour Macron n’en parlons pas ! Ces gens là ont aveuglément quitté l’antifascisme, autant dire la démocratie, fanatisés qu‘ils sont par le social-fascisme que défendait Georges Marchais ou le sinistre Pierre Lambert qui inspirent le triste sire populiste et mitterrandien JLM. Ils refusent de "voter socialiste" mais suivent servilement leur caporal qui, à leur barbe, se dit aujourd’hui encore "mitterrandien". "Insoumis" ou "soumis à un" ? On rêve !


POUR LA 6éme RÉPUBLIQUE D’ESPRITS LIBRES, pour le REVENU CITOYEN :
RECETTE ÉLECTORALE des Esprits Libres pour ÉRECTION PESTILENTIELLE :
Prenez 40% de Pierre LAMBERT, 20% de MITTERRAND, 20% de Georges MARCHAIS et 20% de LE PEN, tout ce qui fait la honte de la gauche et de la droite, vous mélenchez bien et vous obtenez un petit caporal. Consommez le tout à la sauce rouge brune, label « France Insoumise » élevé en pleine ère du peuple pour mourir de rire. Rangez les drapeaux écarlates, front rouge de honte uniquement, et le reste en tricolore en beuglant la Marseille et le sang gimpur pour la fin du repas. Vomissez le tout en ayant crevé la gauche en Hamon au soir du premier tour de farce du peuple dont vous êtes les dindons. Pompiers pyromanes de feu la gauche qui nous poussez à tirer les Macron du feu pour ne pas avoir trop de Pen... de mort... de morsures...
La 6ème République ne sera pas celle de l’extrême droite ou de cette extrême gauche.
Les esprits libres ne peuvent être dupes d’un partisan de Mitterrand, de Marchais, de Poutine, de Chavez, de Castro !
La 6ème République ne vendra plus de rafales et d’armes aux dictateurs, elle ne crachera pas sur les victimes de Poutine, elle ne soutiendra pas l’oppression chinoise au Tibet, elle respectera les journalistes.
La 6ème République de DÉMOCRATIE VIVANTE supprimera l’élection monarchiste présidentielle et la chambre de la honte qu’est le Sénat, elle supprimera les 90 Conseils départementaux, elle ne sera jamais une république référendaire plébiscitaire. Elle mettra en place un régime parlementaire primo-ministériel et un scrutin paritaire largement proportionnel à correctif majoritaire.
La 6ème République mettra en place la LÉGALISATION CONTRÔLÉE des produits et activités pouvant être nocifs : cannabis et tabac sous commerce passif et dissuasif, alcool, prostitution, publicité, télévision, sport professionnel, jeux d’argent.
La 6ème République œuvrera pour l’éco-socialisme libéral-libertaire et distributiste fondé sur le REVENU CITOYEN abolissant la misère et partageant le travail.
Plus que jamais j’appelle à signer la pétition des Esprits libres pour la suppression de l’élection présidentielle monarchiste tout en y participant pleinement afin de ne faire aucun cadeau à la droite et à l’extrême droite.
La 6ème République sera une république laïque, écologique et européenne.
À la vacuité du programme rouge brun nous opposons la richesse du programme des Esprits Libres libéral-libertaire distributiste, écologiste et européen.
« Soyons résolus à ne plus servir et nous voilà libres. » La Boétie
Jean-Pierre ROCHE, président des ESPRITS LIBRES pour la 6ème République Écologique et le Revenu Citoyen.

Pour recevoir la LETTRE D’INFORMATION DES ESPRITS LIBRES notez votre email en page d’accueil. Merci.

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?