Lettre juin 2016 La coupe est pleine...

Sommaire :
"Il vaut mieux qu’il pleuve aujourd’hui plutôt qu’un jour où il fait beau".
Ne soyons pas foot, écoutons Pierre Desproges.
La Coupe est pleine, nous sommes footus mais l’on s’en foot !
La France se porterait mieux sans l’élection présidentielle. Le Pacte Démocrate.
Contre le "mandat impératif" et la "révocation" des élus.
Oui Juppé a changé, il est pire qu’avant !
Et ça veut présider la République !
“De nos frères blessés”
Rendez-vous politiques.
Rendez-vous culturels.


"Il vaut mieux qu’il pleuve aujourd’hui plutôt qu’un jour où il fait beau". Pierre Dac

Pour Mendes « Gouverner c’est prévoir ».
Pour Hollande, « Gouverner c’est pleuvoir ».
Comme l’a dit le journaliste Guillaume Erner sur France Culture,
« Penchez-vous sur les crues sinon vous êtes cuits ».
Pas étonnant de voir « Moi président ça va mieux grâce à Coué, »
trinquer à Bord d’eau avec Juppé autour de grands crus.
Aux fêtes, huppé, le parapluie ce n’est pas là qu’il faut le mettre…
Messieurs, vous avez les pieds dans l’eau, arrêtez de faire les zouaves,
ça va vous monter au ballon de football qui vous sert de tête.
Regardez-nous, quand nous avons les pieds dans l’eau, nous les mettons dans le plat,
nous passons nos Nuits Debouts et ça tourne au vinaigre pour vos matricules.
N’oubliez pas que le Loiret nous est Cher et qu’il vaut mieux boire le vin d’ici que l’au delà.
Gard à vous et aux bris de mots, ça se Corse, attention aux Beauce car elle est Gironde notre petite Seine.
Nous allons nous occuper de votre urbanisation et de votre agriculture intensives,
des monocultures ravageuses et de la sauvegarde de la planète.
Nous allons sortir la tête de l’eau et prendre notre pied en élisant Hulot.
À suivre en fonction de là mets tes hauts et l’épée dans le plat et tes bas sans dessous dessus, branle bas de combat et fée le plein des sens situ pleut.
« De deux choses lune, l’autre c’est le soleil. » Prévert.



Ne soyons pas foot, soyons des Esprits Libres !

Écoutons Pierre DESPROGES :
"Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s’abaisser à jouer au football.
Le football. Quel sport est plus laid, plus balourd et moins gracieux que le football ? Quelle harmonie, quelle élégance l’esthète de base pourrait-il bien découvrir dans les trottinements patauds de vingt-deux handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de boeufs éteints.
Quel bâtard en rut de quel corniaud branlé oserait manifester publiquement sa libido en s’enlaçant frénétiquement comme ils le font par paquets de huit, à grands coups de pattes grasses et mouillées, en ululant des gutturalités simiesques à choquer un rocker d’usine ? Quelle brute glacée, quel monstre décérébré de quel ordre noir oserait rire sur des cadavres comme nous le vîmes en vérité, certain soir du Heysel où vos idoles, calamiteux goalistes extatiques, ont exulté de joie folle au milieu de quarante morts piétinés, tout ça parce que la baballe était dans les bois ?
Je vous hais, footballeurs. Vous ne m’avez fait vibrer qu’une fois : le jour où j’ai appris que vous aviez attrapé la chiasse mexicaine en suçant des frites aztèques. J’eusse aimé que les amibes vous coupassent les pattes jusqu’à la fin du tournoi. Mais Dieu n’a pas voulu. Ça ne m’a pas surpris de sa part. Il est des vôtes. Il est comme vous. Il est partout, tout le temps, quoi qu’on fasse et où qu’on se planque, on ne peut y échapper.
Quand j’étais petit garçon, je me suis cru longtemps anormal parce que je vous repoussais déjà. Je refusais systématiquement de jouer au foot, à l’école ou dans la rue. On me disait : « Ah, la fille !  » ou bien : « Tiens, il est malade. », tellement l’idée d’anormalité est solidement solidaire de la non-footballité.
Je vous emmerde. Je n’ai jamais été malade. Quant à la féminité que vous subodoriez, elle est toujours en moi. Et me pousse aux temps chauds à rechercher la compagnie des femmes. Y compris celle des vôtres que je ne rechigne pas à culbuter quand vous vibrez aux stades.
Voici bientôt quatre longues semaines que les gens normaux, j’entends les gens issus de la norme, avec deux bras et deux jambes pour signifier qu’ils existent, subissent à longueur d’antenne les dégradantes contorsions manchotes des hordes encaleçonnées sudoripares qui se disputent sur gazon l’honneur minuscule d’être champions de la balle au pied."

Chroniques de la haine ordinaire / Éditions du Seuil, Points, Warner / 16/06/1986


"Si la virilité c’est le foot, la bagnole, la boxe et la guerre, je ne me sens pas du tout viril, je me sens très féminin et je me plais beaucoup plus dans la compagnie des femmes pour bien des activités, y compris pour faire l’amour, que dans la compagnie des hommes."
Pierre DESPROGES. RMC interview par le Dr Renaud



La Coupe est pleine, nous sommes footus, mais l’on s’en foot !

Lire l’article



La France se porterait mieux sans l’élection présidentielle.

Chers amis, la suppression de l’élection du Président de la République au suffrage universel est une campagne essentielle des Esprits Libres. La voici aujourd’hui heureusement et parfaitement relayée par le Peterson Institut et par …François Hollande lui même qui, en marchant sur les mains, reconnait le doublon inutile au sommet de l’État. Voici les deux articles.

Le très sérieux Peterson Institute de Washington suggère que la France abandonne son système présidentiel.
Lire l’article

Voyage en absurdie, François Hollande veut faire le contraire et supprimer Matignon et le premier ministre !
Lire l’article

Quelques précisions s’imposent :
Ce n’est pas parce que nous proposons la suppression de l’élection présidentielle que nous nous désintéressons de celle qui vient ou que nous appelons au boycott ou à l’abstention. Tout au contraire les Esprits Libres appellent à la candidature de Nicolas Hulot ou à celle d’un candidat proposant le Revenu Citoyen et la 6ème République Écologique.
Nous appelons en particulier toutes les forces de gauche, écologistes et centristes à ne passer dorénavant aucune alliance électorale avec le PS et LR si ces mouvements ne s’engagent pas solennellement à RÉFORMER LE MODE DE SCRUTIN LÉGISLATIF afin d’obtenir des élections législatives à SCRUTIN PARITAIRE, moitié femmes, moitié hommes à l’Assemblée, PROPORTIONNEL À CORRECTIF MAJORITAIRE, prime au gagnant. 70% de proportionnelle intégrale, 30% de prime au gagnant.
C’est ce que nous appelons LE PACTE DÉMOCRATE qui nous permettra d’exister et qui en effet autonomisera les forces citoyennes écologistes et centristes du PS et de LR, premier pas vers une nouvelle majorité, une démocratie vivante et une République nouvelle.
Notre proposition ne vise pas non plus à supprimer le poste de Président de la République. Dans notre proposition celui-ci devient un simple arbitre sans pouvoir exécutif comme dans la plupart des démocraties européennes, Allemagne, Italie, Autriche etc. Dans notre configuration ce pourrait être le président de notre Conseil Constitutionnel élu par les 3/5ème de l’Assemblée. Il conserverait les prérogatives actuelles du CC, auxquelles s’ajouteraient celle d’appeler le gagnant de l’élection législative à former un gouvernement, régime primo-ministèriel, et des fonctions de représentation internationale du pays et d’ « inauguration des chrysanthèmes » afin de soulager le premier ministre des tâches non exécutives.
Il est important que ce président ne soit pas élu au suffrage universel car une telle élection coupe le pays en deux camps et l’élu est celui d’un camp contre l’autre. Avec une majorité des deux tiers à l’assemblée le président est une personnalité acceptée par l’opposition et le pays est incarné dans son unité et dans ses diversités. C’est un élément d’entente, de stabilité et de conciliation.
À la lecture des deux articles qui précèdent vous pouvez constater combien l’actualité apporte de l’eau au moulin des Esprits Libres. Il convient ensuite de lire notre propre argumentaire qui suit le texte de notre pétition et il ne vous restera plus qu’à signer notre pétition si ce n’est déjà fait…
Argumentaire non intégré à la pétition :
La République issue de la Révolution Française a rompu avec la monarchie puis conçu l’Assemblée Nationale comme instance supérieure souveraine de la représentation du peuple.
L’élection du Président de la République au suffrage universel, adoptée par référendum en 1962, a, comme le soulignait le grand constitutionnaliste Maurice Duverger, transformé la République en monarchie constitutionnelle. Le mandat de cinq ans et l’inversion du calendrier républicain en 2002 ont aggravé le processus et la France est devenue une monarchie présidentialiste.
Avec cette élection présidentielle non républicaine, la France est une exception en Europe. Notre pays est, à ce titre, beaucoup plus monarchiste que les royautés européennes.
Le Parlement est minorée par la présidence. La représentation et la légitimité présidentielles sont bien supérieures à la représentation et à la légitimité législatives. L’élection législative a perdu son sens et sa prépondérance et ne peut logiquement qu’avaliser la présidentielle renforçant encore la monarchie présidentialiste.
L’Assemblée Nationale n’incarne plus la représentation nationale souveraine et les minorités n’y sont pas représentées. Le bipartisme manichéen règne et fracture le pays sur des questions de personne au détriment du débat politique démocratique. Le pouvoir personnel bonapartiste en sort gagnant.
Avec l’élection du Président de la République au suffrage universel, la République est remise en cause et la démocratie entravée. Système coûteux qui crée un doublon Elysée-Matignon. Dangereux en ce qu’il entraîne, le plus souvent, une rivalité au sommet de l’État, voire des cohabitations, entre le Président et son premier
ministre, dans la conduite des affaires publiques.
D’autant que, sans frais, le président du Conseil Constitutionnel pourrait parfaitement présider la République moyennant une réforme du mode d’élection du Conseil exigeant les 3/5 des votes des parlementaires. Le Conseil vérifierait, comme aujourd’hui, la constitutionnalité des lois et le président simple arbitre appellerait le
gagnant de la législative à former un gouvernement.
En coulisse beaucoup se déclarent favorables à un système parlementaire primo ministériel mais arguent du fait que l’on ne peut revenir en arrière, que les gens y seraient trop attachés. Ils y sont attachés comme l’esclave à sa chaine.
Le citoyen est capable de le comprendre si nous sommes capables de l’expliquer.
Pour la démocratie vivante il convient d’affirmer notre opposition à cette élection et d’en faire un thème essentiel en 2017.

Signez et relayez la pétition des Esprits Libres pour la suppression de l’élection présidentielle.
Pour signer la pétition cliquer ici

PDF - 72.6 ko


CONTRE le « mandat impératif » et la « révocation » des élus.
POUR la DÉMOCRATIE VIVANTE REPRÉSENTATIVE.

L’enfer étant pavé de bonnes intentions, la mode fait régulièrement remonter en surface ces vieilles et toujours séduisantes, autant que démagogiques et nauséabondes, sornettes populistes.
Le mandat impératif est le pouvoir délégué à un élu en vue de mener une action définie dans la durée et dans la tâche, selon des modalités précises auxquelles il ne peut déroger. L’élu ayant un mandat impératif ne représente que les électeurs l’ayant élu.
Ce ne peut être le cas dans une assemblée d’élus ou chaque élu représente l’ensemble de la communauté donnée.
La procédure de « révocation » sanctionne l’élu qui s’est écarté du mandat impératif. Introduire une telle procédure dans une assemblée, le vote étant heureusement anonyme et les élus n’appartenant pas à tels ou tels électeurs, c’est donner à la majorité le pouvoir de se débarrasser des minoritaires gênants.

Un bon statut de l’élu,
le non cumul strict,
la limitation à deux mandats successifs,
la transparence et la suppression d’avantages abusifs, cagnotes parlementaires etc.,
la proportionnalité large, le respect de fortes minorités dotées de moyens et d’expression, et la parité dans une assemblée élue,
une majorité claire sans « combinazione »,
la présence d’élus tirés au sort au prorata des votes blancs dans l’assemblée élue,
les CONVENTIONS CITOYENNES, dotées de moyens d’expertise et d’information, entièrement tirées au sort et doublant, (tel le Sénat et remplaçant le Sénat au niveau national), les assemblées, nationale et régionales, nos élus européens et chaque Conseil Municipal,
l’aide et la reconnaissance du statut d’utilité publique pour les associations de lutte contre la corruption comme Anticor,
tout cela contribuera, avec les procédures actuelles de levée d’immunité, à veiller au bon travail et à la bonne éthique des élus dans une 6ème République digne de ce nom.
Dés lors la « révocation » normale ou la « reconduction », sera l’ÉLECTION enfin démocratique et représentative, démocratique parce que représentative.

Nous souffrons aujourd’hui de n’avoir pas d’assemblées et de démocratie représentatives. Ce n’est pas en supprimant ce que nous n’avons pas, en jetant le bébé avec l’eau du bain, que nous obtiendrons une DÉMOCRATIE VIVANTE.

Un élu doit pouvoir travailler sur le long terme. Comme un chercheur il ne doit pas se contenter de répondre, ou se soumettre, aux sollicitations de l’actualité, des faits divers, des passions tristes comme la colère, le ressentiment ou l’indignation.
Il ne doit pas se sentir otage de tel ou tel groupe mais il doit agir en son âme et conscience.
Il doit pouvoir écouter ses collègues, s’amender et modifier son point de vue,
il doit pouvoir se libérer du carcan de la pensée de son parti, de la pensée dominante et de l’ordre établi.
Il doit pouvoir être lui-même et savoir rester minoritaire, résister.
Il doit vouloir agir, pouvoir agir et agir en esprit libre.



Oui Juppé a changé, il est pire qu’avant !

Lire l’article

Et pour l’endettement de la ville de Bordeaux
Lire l’article de Rue 89.



Et ça veut présider la République !

Mépris pour les élus, dépenses inconsidérées et non maîtrisées, comptes publics non conformes, densification irraisonnable, objectif quantitatif et comptable de 1 million d’habitants aberrant et au détriment de l’écologie et de la qualité de vie...
Stade coûteux et inutile, Épicuriales au mépris d’Épicure, fanzone et bière à gogo déstabilisant et défigurant le centre ville...
Alain Juppé (UMP) 2007, condamné pour abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt. Alain Juppé condamné en 1ère instance à dix-huit mois de prison avec sursis, assortis d’une peine d’inéligibilité de cinq ans. Ainsi, en sa double qualité de secrétaire général du RPR et d’adjoint aux Finances à la mairie de Paris, Juppé est reconnu coupable d’avoir employé, pour son parti, sept permanents censés travailler à la ville de Paris. En droit, cela porte un nom : prise illégale d’intérêt. Pourquoi cette inéligibilité de cinq ans ? Simplement parce que la loi du 19 janvier 1995 - votée sous le gouvernement Balladur, alors que Juppé était ministre - stipule que tout élu condamné pour prise illégale d’intérêt se voit automatiquement radié des listes électorales pendant cinq ans.
Délibéré de la cour : « Agissant ainsi, Alain Juppé a, alors qu’il était investi d’un mandat électif public, trompé la confiance du peuple souverain... dans la quête de moyens humains apparaissant nécessaires pour l’action du RPR, a délibérément fait le choix d’une certaine efficacité en recourant à des arrangements illégaux... Alain Juppé a agi sciemment pour prendre directement ou indirectement un intérêt. Il s’agit là d’un abus de fonction. »
Malgré la "promesse de se retirer aussitôt de la vie politique" s’il était reconnu coupable, condamné en appel avec inéligibilité pendant un an, séjour au Canada, il n’a, reniant sa parole, toujours pas annoncé son retrait de la scène publique.
Dans une démocratie digne de ce nom cela vaut une inéligibilité à vie.
A l’époque où il n’est qu’adjoint aux finances de la Mairie de Paris, Alain Juppé s’attribue un superbe logement du domaine privé et fait bénéficier sa famille des mêmes avantages : un pour son fils, corrigeant au passage le loyer de ce dernier, un pour son demi-frère, un pour son ex-femme et un pour sa fille. Cinq appartements au total. Face aux caméras, Alain Juppé "reste droit dans ses bottes". Sur injonction du procureur, il est pourtant contraint de déménager.
Bien à droite quand il botte en touche, car y a aussi les quelques soixante autres emplois fictifs de la mairie de Paris, et l’affaire des commissions versées sur de gros marchés publics de HLM pour la rénovation des ascenseurs, affaire engluée dans toutes sortes d’obstacles de procédure. Et encore l’affaire des commissions versées par les entreprises pour obtenir les chantiers des lycées en région parisienne, affaire impliquant aussi les socialistes. Vertigineux, nauséabond. On se souvient d’ailleurs de l’affrontement Chirac-Le Pen avec ce malaise à devoir choisir entre l’escroc et le facho.
Et que dire des promesses de se consacrer à la ville trahies par sa course pour devenir ministre de Sarkozy, course heureusement entravée par sa défaite aux législatives.
Ayant bénéficié en appel de la clémence opportune du tribunal ramenant la peine à un an d’inéligibilité, de retour du Canada, monsieur à orchestré la démission du Conseil Municipal provoquant inélégamment une élection municipale de confort au frais du contribuable et Hugues Martin a du lui céder le siège du maire.
Et ça veut être président de la République !
On ne rêve pas c’est en France que cela se passe.
5ème République, on ne te regrettera pas !



“De nos frères blessés”

Un peu des profondeurs de l’Histoire avec le livre de Joseph Andras.

On se souviendra de Fernand Iveton et on en oubliera d’autres...
En nous privant des sens ils nous pompent l’air les cégétistes…
Les voilà brûlant des pneus(!) à l’entrée des centrales. Ces mêmes gros bras, complices du système voyou État-EDF, qui accomplissent la sale besogne nucléaire pendant que se déroulent nos manifestations pacifistes anti-nucléaires.
Pro-nucléaires acharnés le P.C.F. et la C.G.T. sont au cœur de la réaction…
La convergence des luttes à ce niveau, à ce caniveau, est une chausse trappe et une sombre histoire. Tout ce qui bouge n’est pas rouge et leur drapeau n’est rouge que de honte. Ils ont servi l’ordre établi en 68 comme leurs chars ont écrasés nos révoltes à Prague. Leur système est responsable de plus de 80 millions de morts et eux bougent encore. Et aujourd’hui encore un Mélenchon, robespierriste et castriste, se flatte d’être comparé à Marchais…
Tellement leur idéologie rassie les ligote à la centralité du travail aliénant, ils combattent le REVENU CITOYEN que proposent LES ESPRITS LIBRES, seule mesure de fiscalité d’utilité publique radicale capable d’abolir la misère, d’engager la transition écologique et de permettre aux travailleurs de quitter ces travaux indignes et de s’émanciper à jamais de cette gauche productiviste et réactionnaire qui fait tant de mal encore à l’émancipation humaine. Ouvrez les yeux camarades…

Mieux vaut, en parlant des communistes, se souvenir de Fernand Iveton, fusillé pour l’exemple pendant la guerre d’Algérie par l’équipe Guy Mollet avec François Mitterand à l’époque « sinistre » de l’intérieur avec de nombreux crimes sur la conscience.
Le 25 novembre 1956, onze jours seulement après son arrestation il est passé devant le tribunal dans une atmosphère de pogrom. Il est condamné à mort au cours d’une parodie de procès dans un prétoire où montaient des cris de haine et de mort .
« Le ministre français de la Justice de l’époque, François Mitterrand, et le président de la République Française refuseront de le gracier. Le 11 février 1957 il est guillotiné en même temps que deux autres patriotes algériens. Fernand Iveton, Mohammed Ouennouri et Ahmed Lakhnèche marchent courageusement au supplice. Les trois hommes s’embrassent et clament « Vive l’Algérie libre ! » tandis que, de la prison tout entière, s’élève un grand cri de solidarité, de colère, d’espérance. »
L’occasion nous est offerte de saluer la mémoire d’Iveton par le refus du prix Goncourt du premier roman de l’auteur Joseph Andras. Le jeune auteur de “De nos frères blessés” qui relate la vie et la fin d’Iveton, a expliqué pourquoi il refuse de recevoir le prestigieux prix littéraire dans la catégorie premier roman. Pour lui, la compétition est en effet incompatible avec l’écriture et la création.



FINALITÉ
Il s’agit de changer CE monde, ceux qui nous disent qu’
« UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE. »
nous font perdre notre temps et nos vies.
Les Esprits Libres leur répondent qu’
« UNE AUTRE FIN DU MONDE EST POSSIBLE. »
si nous changeons CE monde.



MERCI MARCO
Rome : Mort de Marco Pannella fondateur du Parti Radical italien.
Un magnifique combattant libéral-libertaire de la politique. Je l’ai fréquenté au sein du Conseil Fédéral du Parti Radical Italien devenu transanational où je siégeais à coté de Llona Staller la Cicciolina et d’Emma Bonino. C’était haut en couleurs... Il était de tous les combats légitimes des minorités. Il a gagné pour l’avortement et le divorce en Italie. Il a œuvré pour la légalisation contrôlée, l’euthanasie, les prisonniers....
Le fédéralisme européen était son drapeau et nous sommes fiers de suivre cette voie.



Bilan du congrès du PCF :
Le Parti Communiste se porterait mieux s’il n’existait plus.
Bilan du congrès des Verts :
En ne proposant pas une réforme immédiate du mode de scrutin au PS, mise en place immédiate du scrutin proportionnel paritaire à correctif majoritaire, en échange de leur soutien, les Verts n’en finissent pas de se lier ou de se suicider en se déliant... L’Histoire retiendra la lourde responsabilité historique de ce groupe, qui a eu à plusieurs reprises, avec Jospin, avec Aubry, avec Hollande, l’occasion d’imposer au PS cette réforme, et qui ne l’a pas fait au bénéfice de quelques strapontins aussi illusoires que provisoires. Lourde responsabilité de ce groupe et singulièrement de D.Voynet et C.Dufflot. Même jugement pour les centristes vis à vis de LR. De ce fait les écologistes comme les centristes restent liés électoralement au PS et à LR. Blocage total de la société française.



L’ancienne présidente du Medef pense que la limitation des salaires des seuls patrons du CAC 40 épargnerait d’autres abus.
Les arguments de Laurence Parisot sont pertinents au mot prés. Considérer et limiter le salaire brut des seuls patrons du CAC 40 n’est en effet pas la solution.
Il convient de considérer les salaires nets et les patrimoines de tous après application d’une FISCALITÉ D’UTILITÉ PUBLIQUE et écologique taxant les transactions financières. Transactions financières taxées à 0,2%, taxe patrimoine à 1% et écart maximum des salaires NETS situé entre 1 et 20 par exemple.
Ce afin de financer un REVENU CITOYEN égal ou supérieur au seuil de pauvreté, de supprimer l’assistanat, de baisser les charges sociales des entreprises et de réduire le temps de travail à 32h et 24h pour les bas salaires et les postes pénibles.
C’est le programme des ESPRITS LIBRES.



RENDEZ-VOUS POLITIQUES

Signez et relayez la pétition pour la candidature de Nicolas Hulot à la présidentielle.
Notre choix pour la suppression de cette élection ne signifie nullement que nous désertions ce terrain tout au contraire.
Pour signer la pétition cliquer ici.


Signez et relayez la pétition : « François Hollande, Président de la République : Donnez l’asile à Snowden et Assange ! ».
Pour plus d’informations et pour signer.


Réunion des Esprits Libres à Bordeaux
le mercredi 29 juin 20h30. Pour participer, téléphoner au 0556440931.
Lire le PROGRAMME DES ESPRITS LIBRES  :

PDF - 87.5 ko


RENDEZ-VOUS CULTURELS

Expositions

Rétrospective Nobuyoshi ARAKI, figure incontournable de la photographie contemporaine japonaise, connu mondialement pour ses photographies de femmes ligotées selon les règles ancestrales du Kinbaku - l’art du bondage japonais -.
Paris. Musée Nationale des Arts Asiatiques Guimet
13 avril au 5 septembre

Théâtre

« Je suis Fassbinder »

Paris (75018)
VALENTINA-TCHERNOBYL, née pour l’amour.
Librement inspiré de « La supplication » de Svetlana Alexievitch, prix Nobel de Littérature 2015. L’hallucinante prise de conscience d’une femme amoureuse confrontée aux conséquences de l’explosion du réacteur nucléaire de 1986. Avec Coralie Emilion-Languille, mise en scène Laure Roussel.
Tchernobyl, Fukushima, plus jamais ça ! http://www.sortirdunucleaire.org/VALENTINA-TCHERNOBYL-nee-pour-l-039-amour-d-039

"Ça ira" Création théâtrale de Joël Pommerat
« Il ne s’agit pas d’une pièce politique mais d’une pièce dont le sujet est la politique » dit Joël Pommerat à propos de sa nouvelle création. Dans un monde bouleversé par les printemps révolutionnaires, alors que l’Europe est secouée par le retour des nationalismes et la radicalisation, l’auteur et metteur en scène interroge l’histoire de la Révolution française.

Films

«  Louis Ferdinand Céline » film d’Emmanuel Bourdieu.
«  Eva ne dort pas » avec une Evita qui remue dans sa tombe comme qui danse avec l’Histoire.



Merci de bien vouloir transférer cette lettre à vos amis et de nous rejoindre pour partager le lien sur facebook (Page "Esprits Libres" et page "Jean-Pierre Roche" ou sur le blog de Jean-Pierre sur Médiapart .)
PROGRAMME des ESPRITS LIBRES et PÉTITION pour la SUPPRESSION DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE sur le site.


Contact : LES ESPRITS LIBRES 0556440634 0556440931
Site : salonespritlibre.com
Nous écrire : salonespritlibre@gmail.com
jeanpierreroche@hotmail.com ou compte facebook.
Abonnez-vous à la lettre d’information en page d’accueil du site.

Adhérez au Mouvement des Esprits Libres :
15€/An à l’ordre de « LES ESPRITS LIBRES »,
23 rue St Laurent 33000 BORDEAUX.

« Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres. » LA BOÉTIE

  • 2 document(s) disponible(s) - N'hésitez-pas à les diffuser autour de vous !

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?