Dérive de la C6R Convention pour la 6ème République

Ou LES FACÉCIES DE MONTEBOURG
La C6R s’est justement constituée sur le refus de l’élection du président de la République au suffrage universel direct.
Hors, sans débat, un livre « Constitution de la 6ème République » signé par Arnaud Montebourg et Bastien François est sorti développant une toute autre ligne puisqu’il renonce à ce point central !
Ce livre est publié avec l’aval de la C6R, aux éditions de la C6R et ses droits financent la C6R. Ce livre a imposé une autre ligne officielle !
Autrement dit la C6R a développé de fait à l’extérieur une ligne contradictoire à la ligne élaborée en interne !

Petits marchandages :
A. Montebourg a abandonné sa bataille contre l’élection du président au SUD, non par conviction mais, pour négocier une alliance avec Vincent Peillon. Celui-ci en échange se ralliant au système parlementaire alors qu’il est présidentialiste ! « Je te tiens, tu me tiens par la barbe allichette » et vogue la 6ème République. Puis les deux compères se sont fâchés pour finalement se rabibocher dans la même course à l’échalotte sous les jupons royaux de Ségolène ! Le pacte et la concession ne valent plus mais A. Montebourg ne revient pas pour autant sur sa concession. Non par conviction, il reste convaincu qu’il serait plus prudent et plus conforme à une nouvelle République d’abandonner la mascarade monarcho-présidentielle de cette élection au suffrage universel, mais « parcequ’il ne va pas rechanger d’opinion cela ne ferait pas sérieux ». La 6ème République ne vaut pas une messe, un plat de lentille suffira.
Au passage ce livre a fait des ravages et a démobilisé puisqu’il a fait basculer la majorité des Verts et de l’UDF qui ne reprennent pas où plus vraiment de front la dénonciation de l’élection monarchique alors que le débat était serré et incertain.
Au passage A. Montebourg a abandonné ses petits camarades de la C6R en rase campagne en publiant son livre dans leur dos puis en ralliant Royal sans engagements de sa part pour une 6ème République !
On peut naturellement compter sur madame Royal pour limiter les pouvoirs du président une fois dans la place !... Tenez vous les côtes !
Avec le ralliement de Monteboug à Royal et celui du secrétaire général à Fabius cette association est l’objet de toutes les manipulations d’appareils et offre un spectacle déplorable qui discrédite l’idée de 6ème République.

La C6R ne peut rester dans cet état (ni dans cet Etat !).
Un minimum de respect de la démocratie s’impose quand on réclame une nouvelle République.
Il convient de cesser la diffusion du livre, de réaffirmer notre opposition à l’élection du président au SUD et d’en faire d’urgence un thème essentiel et central de la campagne présidentielle.
Si cette orientation s’avérait minoritaire lors d’un conseil fédéral, si la ligne officielle était devenue minoritaire, il conviendrait de convoquer un congrès ou une A.G. pour changer éventuellement l’orientation collective et le cas échéant s’aligner sur la thèse du livre.
Dans cette hypothèse la C6R n’accomplirait définitivement plus la fonction essentielle de dénonciation de la monarchie présidentialiste et son fondement l’élection du président au SUD.
Il est contradictoire de vouloir une 6ème République parlementaire primo-ministèrielle et de prétendre conserver le mode de désignation monarchique qui confère de fait à un individu la légitimité de la circonscription France face aux députés qui doivent se partager cette légitimité en plus de 500 circonscriptions législatives ! Ce d’autant qu’avec le quinquenat, l’élection de ces « petits » députés se fait trois semaines après, dans la foulée, de l’élection du « grand » personnage, du monarque. Le peuple ne va pas se déjuger à trois semaines d’intervalle. Sauf à se ridiculiser il est condamné à donner une majorité au président. Les députés ne sont que des godillots du président. Pire si c’est au scrutin majoritaire comme le propose malheureusement la C6R !
Le fait de prétendre vouloir limiter les pouvoirs du président avec un tel mode d’élection est une lubie.
L’élection du président au SUD ne se conçoit que dans le cadre d’un régime présidentiel à l’américaine. C’est, hélas pour l’instant, la ligne de l’UDF. Elle ne correspond ni à notre choix de régime parlementaire primo-ministèriel ni à notre conception française de la République mais elle est plus cohérente que les égarements et incohérences actuelles de la C6R.

La C6R défend le scrutin majoritaire !
Il convient également de relancer et de trancher le débat sur les modes de scrutin. De trancher car les campagnes présidentielle et législatives approchent ! Sur ce point la C6R reste cinquièmistes et favorables au scrutin majoritaire, sans même une dose de proportionnelle, réservant le proportionnel au Sénat ! Cette position concernant la législative est très rétrograde et seuls les partis cinquièmistes comme l’ UMP et le PS en sont encore là. La C6R est à peine plus avancée que l’UMP, car elle propose un Sénat proportionnel, mais en arrière par rapport au PS qui consent à une dose de proportionnelle.

La C6R n’assume plus sa fonction de laboratoire d’idées pour la 6ème République. En réalité elle est en retard sur les modes de scrutin et en recul sur l’élection du président au SUD ! La C6R est aussi mitterandienne et tient ses congrés à Jarnac !

Vivement en effet la 6ème République pour en finir avec ces mœurs apprises au sein du P.S. Juillet 2007

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?