RAP pour Esprits Libres

Une chanson, liée au film LA MARCHE, référence à la marche contre le racisme de 83, chantée par des rappeurs, proclame «  Je réclame un autodafé pour ces chiens de Charlie Hebdo  » mettant en cause les caricatures du prophète publiées par ce journal. Comme le rappelle l’hebdomadaire Marianne cette menace et ces insultes s’inscrivent dans la suite de l’incendie criminel qui a dévasté les locaux du journal et de menaces de mort pour ses responsables.
En réponse, voici un « Rap pour Esprits Libres ». La lecture en gras, dans le document, correspond à une version courte.
Ma chanson-réponse, mon « rap », reprend le principe provocateur, peu propice à un échange d’arguments, des gens que je critique. Il faut comprendre l’envie de réagir et de se faire plaisir mais, en le publiant, je suis conscient de descendre d’une certaine manière à leur niveau, et c’est, sur ce plan, peu productif. A ce bord du caniveau seul le style évite de déRAPer et je vous laisse juger.
La seule vraie chance que l’on peut donner à ces gens-là serait de leur proposer de s’élever, au niveau d’une discussion argumentée, et non de seuls slogans de chanson. Faudrait se lever tôt. De leur expliquer en quoi leur lutte contre le racisme contient un aspect raciste dans leur critique de Charlie-Hebdo, parce qu’ils considèrent, hélas, eux-mêmes, que l’islam est assimilable à une race, et que la critique de l’islam serait une critique raciste.
Amusons-nous donc mais il reste fort à faire. Cordialement.
Jean-Pierre ROCHE, président du mouvement des ESPRITS LIBRES.

« N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE,
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO »

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE

ARRET’ TES CONNERIES
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO

TU PARLES’ COMME UN FACHO

CE RAP POUR ESPRITS LIBRES
C’EST POUR SAUVER LES LIVRES
QUE TON AUTODAFÉ
MENACE DE BRÛLER

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO
ET POUR L’AUTODAFÉ
IL FAUDRA REPASSER

Ton rap mon petit gars
Fait beaucoup de dégâts
Dérape encore comme ça
Et t’es dans le fossé.

C’est des gars qui se cachent
Derrière Mahomet
Qu’ils utilisent sans cesse
Comme une marionet’.

Pour eux la religion
Sert à faire des chansons
Qui brandissent la haine
Comme le FN.

C’sont des gars qui nous gâchent
La marche de l’unité
Des zigotos qui crachent
Sur la laïcité.

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE

ARRET’ TES CONNERIES
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO

TU PARLES’ COMME UN FACHO

CE RAP POUR ESPRITS LIBRES
C’EST POUR SAUVER LES LIVRES
QUE TON AUTODAFÉ
MENACE DE BRÛLER

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO
ET POUR L’AUTODAFÉ
IL FAUDRA REPASSER

Pour les caricatures
On ne lésine pas,
Car sous les dictatures
On ne dessine pas.

Viv’ la caricature
Contre la dictature,
On marche avec les beurs
Pour un peu de bonheur.

Mais on n’est pas fadas
On n’ marche pas au pas
Cadencé d’ ces croyances
Quand ça frise la démence.

Ils ne nous font pas peur
Ces oiseaux de malheur.
Nous on est libertaires
Du pays de Voltaire
Et pas prêts à se taire
Faudra s’y faire.

Sous cet antiracisme
Se cache l’intégrisme.
Il est temps d’séparer
Le bon grain de l’ivraie :
Avec l’islam de paix
On fum’ le calumet,
Avec l’islam de guerre
On fait la guerre.

Ni vos autodafés
Ni vos inquisitions
Ne font la dignité
De tout’ vos religions.

Vos Saint Barthélémy
Les gens en sont guéris
Vos guerres de religions
Les font toujours marrons.

La Bible à l’assemblée
N’a pas droit de cité,
Les croix et les kipas
C’est du même tabac

Le vrai raciste je crois
C’est celui qui nous voit
Avec une religion
Sur notre front.

Le juif est en kipa,
L’arabe avec Allah,
L’asiatique à Bouddha,
Tous ces alleluias ça n’me plaît pas.

Tous les peuples ont bien droit,
de croire en liberté,
ou bien de ne pas croire,
ou encore de douter.

Moi je suis agnostique,
le raciste dirait,
que j’n’suis « pas catholique »
avec mes drôles d’idées.

En d’autre temps passés,
Ils voudraient me brûler.
Mais ma plume est volage,
Dû au libertinage,
Je suis vert pour mon âge,
Libre à tous les étages.

Même sans être athée,
Toutes les superstitions
De toutes les religions,
C’est pas ma tass’ de thé.

L’arabe a droit de vivre
Et de se libérer,
De lire tous les livres
Et même d’être athée.

Prier s’il veut encore,
Et faire le ramadan,
Et cinq prières par jour,
Ou bien changer l’décor,

Sans subir les tyrans,
Sans frères musulmans,
Sans s’ennuyer tout l’temps,
Sans la misère toujours.

Peut’ boir’ le vin d’ici
Meilleur que l’au delà,
Peut mêm’ manger du porc,
Très bon il n’a pas tort.

Les femmes ont droit aussi,
À bien vivre leur vie,
À rester hors mariage
Dans le libertinage,
Hors la polygamie
Qui leur brise la vie.

Ils veulent la femm’ voilée
Pour l’exploiter
S’faire laver les chaussettes
Comme les proxénètes

La femme n’est pas l’objet
Des petits freluquets
Qui veulent l’exciser
La lapider.

Avant d’écrire ton rap
Et ton prêchi précha,
Prends une camomille
Laisse tranquilles les filles.

Quand elles portent’ des jupes
Tu les prends pour des putes,
Quand elles sont exquises
Tu les voudrais soumises.

Le voile est à la femme
Comme une vraie prison,
Insulte à toutes’ les femmes
À leur libération.
Dévoilez vous mesdames
Ne vous mariez jamais.

On veut les femmes libres
Et qu’elles se délivrent.
On aime les femmens,
Ces phénomènes.

On aim’ Pussy Riot,
Pas les despotes.
Avec elles, on pisse sur Poutine,
Quel rat c’Poutine, quel Raspoutine !

On veut garder nos livres,
Toi tu veux les brûler.
Tout ça c’est du délire,
L’histoire va passer.

Les mille et une nuits
N’sont pas fait’ pour les chiens,
C’est bien mieux que l’ennui
Et ça nous fait grand bien.

Ce sont de vrais machos
Bien sûr anti homos,
Soutiens des dictatures
C’est leur nature.

Pour les droits des homos
Nous sommes tous égaux.
C’est bien l’égalité
Pour laquelle t’as marché.

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE

ARRET’ TES CONNERIES
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO

TU PARLES’ COMME UN FACHO

CE RAP POUR ESPRITS LIBRES
C’EST POUR SAUVER LES LIVRES
QUE TON AUTODAFÉ
MENACE DE BRÛLER

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO
ET POUR L’AUTODAFÉ
IL FAUDRA REPASSER

J’ n’ veux pas d’ces rappeurs fous,
D’leur tchatch’ à quatre sous,
Qui bavent sur Charlie
Qui à droit à la vie.

Souviens toi mon ami,
Que les autodafés,
C’est le fait des nazis,
Pas des contes de fées.

Avec l’autodafé,
C’est toute la liberté
Qui s’en va en fumée.
Tu as auto-gaffé, faut arrêter.

T’es tout rempli de haine,
Comme le FN.
Toi tu veux la charia,
Lui il veut marche arrière.

Tu veux l’autodafé,
Lui il veut Pinochet.
Pour la peine de mort,
Vous faites corps.

Vous êtes comme le Pen,
Ça fait d’la peine.
Vous qui croyez faire peur,
Vous faites horreur,
Vous êtes tous les deux,
Vraiment hideux.

Les chiens peuvent hurler,
La caravane passe,
Et pour l’autodafé,
Il faudra qu’ils repassent.

J’ai vécu plus que toi
Au cœur de la cité,
Mais toutes ces fatwas
Tu vois j’en suis blindé.

Les prières dans les rues,
Assez on en veut plus.
Ils veulent la charia,
Charrier faut pas.

Tout ça c’ n’ est pas du rap,
C’est du rapé,
T’ es réac tu dérap’,
T’as des ratés.

Nous on n’ s’ voil pas la face,
On’ t’ dit les choses en face,
Respect’ la République,
Elle est laïque.

Ne t’en fais pas Charlie,
On va tous s’abonner,
Tu peux vivre ta vie,
Les caricaturer.

Liberté d’expression,
Rire des religions,
Droit à la rébellion,
C’est tout bon.

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE

ARRET’ TES CONNERIES
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO

TU PARLES’ COMME UN FACHO

CE RAP POUR ESPRITS LIBRES
C’EST POUR SAUVER LES LIVRES
QUE TON AUTODAFÉ
MENACE DE BRÛLER

N’TOUCHE PAS À MON CHARLIE
N’TOUCHE PAS À MON HEBDO
ET POUR L’AUTODAFÉ
IL FAUDRA REPASSER

 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?