SALONS CULTURELS

BILAN Salon de mai 2018, thème mai 68.

JPEG - 8.6 ko

Chers amis,

Voici des échos du SALON DES ESPRITS LIBRES « Mai 68 »,
29, 30 avril, 1er mai 2018

Mot de bienvenue aux esprits libres (soirée du S.E.L. 30 avril)
« Chers amis, chers camarades,
Comme vous le savez, et pour reprendre les sages paroles de Pierre Molinier, la vocation des Esprits Libres est de « transformer le monde en immense bordel ». Comme vous le savez également, et sans que nous y soyons pour grand-chose, notre objectif est largement atteint ! Reste que le bordel que nous connaissons n’est pas en tous points conforme à celui que nous souhaiterions. D’où la nécessité des Esprits libres... En tant que bordelais notre salon est bien placé pour réaliser le bordel. Dans bordelais il y a « bordel » et si dans contestation il y a « con », n’oublions pas que dans proposition il y a « pro », mais qu’avec cela nous ne sommes pas pour autant sortis de l’auberge.
Comme « il vaut mieux boire le vin d’ici que l’au-delà », je souhaite à notre salon encore plus de champagne chaque année et la voie devrait ainsi s’éclairer. La différence entre les Esprits Libres et les situationnistes c’est que les premiers boivent moins mais mieux. À la vôtre et que vive le bordel dans la lignée de 68. « Sois sans tweet », « Balance ton portable », « Décide de soumettre tes jours à tes fins ». Mettons le capital à contribution pour nous verser le Revenu Citoyen et qu’il ne soit plus nécessaire de travailler pour vivre. Vivre, c’est à dire réaliser une œuvre d’art puisque nous sommes la somme de nos singularités. "Nous n’avons pas à gagner notre vie car nous l’avons déjà", disait Boris Vian. Et surtout ne gagnons pas notre vie à la perdre. « Ne jamais céder sur son désir » conclut Lacan. À la question « Là quand ? », nous répondons « Là, aujourd’hui » car nous savons que tout fou Lacan. Vive l’immense bordel soixantuitjamaistroptard pour bien le faire. Nous ne connaissons pas le désespoir car nous n’avons jamais espéré, nous ne connaissons que la réalité car nous la désirons. « Nous prenons nos désirs pour des réalités car nous croyons en la réalité de nos désirs ». Le beau mot de 68 est toujours notre actualité. Soyons clairs, comme disait l’autre mal armé : « Un coup de désir jamais n’abolira le bazar. »
Et que vivent les Esprits Libres. »

Jean-Pierre.


Riche année 1968.
L’image serait celle du centre Georges Pompidou, l’architecte Renzo Piano réalisant « le rêve d’un rapport extraordinairement libre entre l’art et les gens, où l’on respire la ville en même temps. »
Les mots seraient ceux d’Antoinette Fouque, une des fondatrices du MLF et de Psych et po, proclamant que « si Mai 68 a été la révolte des fils contre les pères, les filles étant au service des fils, il s’agit de programmer la résistance des femmes à la domination des frères et des fils. »
Le mouvement « me too » de 2017 prouvant qu’il reste encore beaucoup à faire.
Et le film, celui de Jean-Paul Civeyrac « Mes provinciales », où de jeunes intellectuels « montent » à Paris étudier le cinéma ou militer dans les ZAD.
En écho à cette jeunesse soixante-huitarde aux discussions engagées, ne lâchant rien.
Florence.


Mai 68 : Les murs ont la parole.
On dit des murs « qu’ils ont des oreilles », en mai 68 ils ont su prendre la parole.
Des mots inscrits là sur ces murs sans destination ni droit de cité, livrés à tous les regards et troublant l’espace public.
Ces graffitis, inscriptions sauvages, clandestines et contestataires, trop souvent traitées par le mépris ou le karcher, certains n’y voient que gribouillis dégradants, ils sont pourtant si souvent jubilatoires :
"La barricade ferme la rue mais ouvre la voie" (Nanterre))
"Soyez réalistes, demandez l’impossible" (Censier)
"Un bon maître nous en aurons dès que chacun sera le sien" ( Hall de sciences Po)
Sophie.


Spectacle
« Mais sois sans tweet », mais comment pouvons nous ÊTRE en 2018 sans tweet ? À l’ère où il est difficile de considérer notre existence sans visibilité sur les réseaux sociaux numériques, comment pouvons-nous exprimer notre être sans prendre position sur cette nouvelle place publique qu’est Twitter (ou Facebook ou Instagram) ?
Je propose une relecture de Guy Debord au regard de la société actuelle où règne l’injonction de la médiatisation de soi. Et si le spectacle était sur Twitter ?
« Le spectacle se présente à la fois comme société même, comme une partie de la société et comme instrument d’unification. En tant que partie de la société, il est expressément le secteur qui concentre tout regard et toute conscience. Du fait même que ce secteur est séparé, il est le lieu du regard abusé et de la fausse conscience ; et l’unification qu’il accomplit n’est rien d’autre qu’un langage officiel de la séparation généralisée. »
« Le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images. »
« L’homme séparé de son produit, de plus en plus puissamment produit lui-même tous les détails de son monde, et ainsi se trouve de plus en plus séparé de son monde. D’autant plus sa vie est maintenant son produit, d’autant plus il est séparé de sa vie. »
Extraits de « La société du spectacle » de Guy Debord, Ed. Gallimard, Paris, 1992, paragraphes 3, 4 et 33, p 4 et 17. Précédentes éditions : Buchet-Chastel, 1967 ; Champ Libre, 1971.
Emna.


Gérard nous a présenté plusieurs contributions :
- La diffusion de la chanson « 68 » de Philippe VAL.
- Un petit jeu proposé aux autres invités, consistant à leur lire des slogans et à leur faire deviner lesquels étaient d’authentiques slogans de 68 et lesquels n’en étaient pas (à savoir, ceux créés en 2008 par Denis Langlois)
- Son slogan soixantuijamaistroptard pour aujourd’hui :
LE MOIS DE MAI : L’ÉMOI DU MOI
- L’autre photo la plus célèbre de mai 68, montrant Caroline de Bendern juchée sur les épaules d’un manifestant le 13 mai, un drapeau vietnamien à la main, avec narration de l’histoire de cette photo et de ses conséquences sur cette jeune femme
- Une collection de copies nombreuses copies d’affiches de mai 68 au format A4


« La danse de la réalité »
Lecture, fort appréciée, de son conte philosophique autour du tango par Antoine.
Extraits : « L’enjeu de la danse c’est la connaissance de soi.
Tu vois qu’ainsi cette nuit tu as fait plus de chemin que la plupart des hommes dans une vie.
En acceptant de me suivre ton esprit s’est relié à ton corps pour s’unir avec le monde. Tu viens de danser avec la réalité. A présent tu n’as plus d’ennemi et tu peux enfin rentrer chez toi en paix. »


« Éditions Jean-Jacques Wuillaume » et ses différents livres édités en deux ans et demi, présentés par Jean-Jacques lui-même. Difficultés rencontrées avec les librairies et les diffuseurs en général, travail sur les salons du livre, lors de conférences et avec le site internet : www.tracetavie.com sur lequel vous trouverez la documentation sur tous les livres publiés. Citons celui sur « Les Frères Jacques, un nouveau regard » et celui sur « Élisée Reclus : un communard en exil. » de Jan Rapacki.
Tél : 06 70 37 23 91.


Oui, mai(s)...
« Non à la révolution en cravate », lançaient ceux de mai 68.
Oui, mais… la cravate ne peut-elle pas devenir le joli nœud d’un problème à résoudre idéalement ? N’est-elle pas aussi, parfois, le symbole d’une invitation à nouer de nouvelles relations réellement révolutionnaires ? Et la laïcité, si chère aux Esprits Libres, n’a-t-elle pas été initiée par les cravates de la République contre les soutanes catholiques ?
« Je prends mes désirs pour la réalité car je crois à la réalité de mes désirs », se réjouissaient celles et ceux de mai 68…
Oui, mais alors que faire de cette Réalité qui échappe à mon désir et qui me parle de Beauté et de Sagesse immémoriales ?
Les passionnés de mai commandaient aussi : « Soyez réalistes : demandez l’impossible ». Oui, demandez toujours, mais… soyez réalistes !
Ah, mai ! Joli mois de mai. Oui, mais, tous ces « mais » de moi… Le printemps loge dans le cœur, mais la raison s’entête à voler ses couleurs. Non mais, ça va pas la tête ! Si, mais, joli mois de mai, dis-mois encore si tous ces « mais » formulés me diront un jour la Vérité.
Laurent.


Capables
« …Quand on est au fond du trou, il ne vous reste plus que la volonté et l’esprit de combat. Contre tous les autres qui vous regardent de haut, contre trous ceux qui attendent de vous voir couler, contre tous ceux qui vous ont enterré. La démocratie repose uniquement sur cette volonté et sur rien d’autre. Sur un rêve, sur un désir. Parce que tout commence toujours par l’imagination. « Soyez réalistes, demander l’impossible. », proclamaient les murs de Mai 68 Cinquante ans près, on n’a pas fini de découvrir tout ce que Mai 68 nous a rendu capables de faire. »
Extrait de l’édito de Riss, Charlie Hebdo 9 mai 18


« Propos de table : dialogue entre la vie et le corps. » Raoul VANEIGEM. Le Cherche Midi, 18€.
EPUB3, 12,99€. Voici un livre en rupture avec la plupart des idées qui depuis des siècles gouvernent les opinions et les comportements. Issu du « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations » , il pousse plus avant la réflexion sur la subjectivité radicale et sur le renversement de perspective. Comme toute remise en cause, les « Propos de table » se heurteront au poids des préjugés et à la prétendue réalité qui a modelé nos mœurs, nos conceptions, notre vision du monde.
"Vous possédez l’enclume et le marteau des préjugés qui forgent vos chaînes et les miennes. Je n’ai pour les scier qu’une lime à ongles dont seul le va-et-vient sans cesse répété obtiendra de les entailler et de les rompre". « Souviens-toi de vivre. » Raoul VANEIGEM. https://www.lisez.com/ebook/propos-de-table/9782749155746


« Tiens ils ont repeint ! » Yves PAGES, La découverte. Plus de 4000 graffitis urbains du monde entier des cinquante dernières années, fidèlement retranscrits, datés et localisés. 50 ans d’aphorismes urbains de 1968 à nos jours : "Un petit pois sur dix est une carotte." http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Tiens__ils_ont_repeint__-9782707197313.html


Documentaire
Mai 68 dans les coulisses du pouvoir. « Dix semaines qui ébranlèrent la France » de Patrick Rotman et Virginie Linhart qui ont recueilli les témoignages des principaux protagonistes sur plusieurs décennies. Dans ce documentaire le réalisateur constate qu’en mai 68 les communistes furent les meilleurs alliés des gaullistes.


Bonjour,
Un petit mot pour saluer ce salon d’Esprits Libres vif et intéressant.
J’ai apprécié ce groupe très sympathique, respectueux et bienveillant.
L’air stimulant de mai 68 a soufflé sur cette soirée, ses slogans percutants l’ont rythmée.
Une ambiance joyeuse malgré la dissection du malheureux écorché !
Quelques gourmandises arrosées d’un délicieux champagne.
Merci pour ce bon moment. A bientôt.
Florence 6 05 18
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

S.E.L., Mai 68, Mai 18, Spinoza !

Chers amis,
Spinoza est, avec Épicure et Nietzsche, des plus grands philosophes. Son « Éthique » est un immense livre de philosophie. Notre Salon des Esprits Libres de mai 2018 lui a fait une place d’honneur.
Nous vous proposons, pour aborder Spinoza et « L’Éthique », pour revivre une partie de notre salon, la faire vivre aux absents et pour recadrer l’actualité de Spinoza, trois documents :
Une note de lecture-résumé d’un livre essentiel qui lui-même résume en l’actualisant « L’Éthique ».
Des notes glanées autour de la notion de désir chez Spinoza à partir du slogan de 68 « Prenons nos désirs pour des réalités, croyons en la réalité de nos désirs ».
Un article du Monde "Le cerveau de Spinoza" du biologiste et philosophe Henri Atlan.
Bonne lecture.
Bonne lecture.
LIRE LES TROIS DOCUMENTS SUR SPINOZA.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
S.E.L. lundi 30 avril, après midi politique :
Thèmes LES INSTITUTIONS et le REVENU CITOYEN.


VIDÉO de Jean-Pierre ROCHE sur LES INSTITUTIONS :
https://youtu.be/CYarhY4pc2U


VIDÉO de Jean-Pierre ROCHE sur LE REVENU CITOYEN :
https://www.youtube.com/watch?v=3Zf0Fsrku_s&list=PLE5aMKzwbw6mAs4VsYL6R4chnKe42ZiiB
/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
LES PROCHAINS SALONS :
Liste non exhaustive mais notez, d’ores et déjà, que nous tiendrons un nouveau salon les 9, 10 et 11 novembre avec la soirée du S.E.L. le samedi 10 au soir et l’auberge espagnole le 11 à midi. Le thème pourrait être : « Esprit es-tu libre ? » à peaufiner !
En 2019 nous tiendrons naturellement notre salon des 30 avril et 1er mai peut être autour de « La langue » à peaufiner également.
Nous restons à votre écoute pour suggérer des salons, des thèmes, modifier ou préciser ceux-ci.
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
ACTUALITÉ DES ESPRITS LIBRES :
E. Macron critique « ceux qui pensent que le summum de la lutte c’est les 50€ d’APL », et les met en regard des « valeurs » pour lesquelles le colonel Beltrame est mort lors des attentats de Trèbes. Bien des choses sont choquantes là. Un, le « président des très riches » ne sait pas compter car 5€ de baisse par mois font 60€ pour l’année et non 50 ! Deux, c’est qu’il n’est, ni à 10, ni à 50, ni à 60 euros près comme le sont les 6 à 8 millions de français que sa politique maintient en deçà du seuil de pauvreté ! Trois, l’utilisation de la mémoire du colonel Beltrame pour critiquer les plus pauvres est vraiment d’un goût charognard. Quatre, où est la cohésion du gouvernement ? Dimanche, en effet, le secrétaire d’Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a reconnu sur France 3 que « cette baisse avait été une mauvaise décision » « Nous avons corrigé la chose, nous avons lancé une réforme de fond sur le logement social qui fait que demain, il n’y aura plus aucun perdant aux APL », a-t-il ajouté. La baisse à l’automne dernier des APL, aides personnalisées au logement, de 5 € mensuels pour 6,5 millions de ménages bénéficiaires, sans distinction, avait été vivement critiquée par les ONG de défense des mal-logés, les bailleurs sociaux et certains syndicats. http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/macron-et-les-50-euros-d-apl-c-est-choquant-reagit-laurent-berger-sur-rtl-7793306831


13 mai/ UN MORT ET QUATRE BLESSÉS et tous les médias charognards font la une sur le « TERRORISTE » et son acte ! Cela mériterait à peine trois lignes, en pages intérieures, au même titre qu’un accident de la circulation ou qu’une voyoucratie, et nous en terminerions avec ces « actes terroristes » ! Mais hélas cette publicité médiatique mondialisée engendre automatiquement, car elle les incite, d’autres crimes à venir. À qui la faute ?


6 mai/ La France creuse sa " dette écologique : 5 mai, jour de DÉPASSEMENT ÉCOLOGIQUE POUR LA FRANCE ! Si tous les pays vivaient comme les français, au 5 mai nous aurions consommé l’ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en un an, le monde aurait besoin des ressources naturelles de 2,9 planètes ! La France fait partie des dix premiers pays à vivre à crédit sur le dos de la nature. La France a commencé à réduire son déficit budgétaire, mais le déficit écologique du pays, lui, continue de se creuser inexorablement. C’est l’alerte que lance le WWF. Concernant nos gouvernants, les Macron et autres productivistes de gauche ou de droite, ils se font coupables d’un indéniable CRIME CONTRE L’HUMANITÉ et doivent être traités comme tels… Avec les Esprits Libres réagissons enfin par une décroissance raisonnée et la mise en place du REVENU CITOYEN et de toutes ses heureuses conséquences écologiques.


5 mai/ "Faire la fête à...", langage vulgaire de petites frappes. F.I. = France Indigne.


4 mai/ Une "START UP NATION" !
« Emmanuel Macron est-il le président des riches » ? demande Yann Barthès à François Hollande sur TMC. Hollande répond : « Non ce n’est pas vrai, il est le président des très riches ».
Avant hier Macron confirme et veut supprimer l’EXIT TAX, la goutte d’or qui fait déborder la vase ! Voilà notre homme fiscalement plus à droite que LR ! E. Macron veut faire de notre France une "start up nation", en anglais dans le texte français s’il vous plaît... L’homme, banquier, confond le pays et une entreprise. Il fait l’impasse sur les 6 à 8 millions de pauvres, il fait l’impasse sur la crise écologique, il fait l’impasse sur la crise institutionnelle, il fait l’impasse sur la crise existentielle et spirituelle et sur la crise d’identité. En même mauvais temps ce personnage !...
Il serait temps qu’il se rende compte que nous ne l’avons soutenu que pour écarter Fillon et les deux populistes !


4 mai/ MÉLENCHON, en qualifiant les anticapitalistes du BLACK BLOC "D’EXTRÊME DROITE" sombre dans la crapulerie politique la plus abjecte. Que l’on considère que tel ou tel fait le jeu de la droite, comme par exemple nous considérons qu’avec des Mélenchon et des Le Pen Macron peut dormir tranquille est une chose, que l’on calomnie les militants anarchistes anticapitalistes est une autre chose. C’est digne des sociaux fascistes dans la lignée de Georges Marchais qui qualifiait ainsi l’extrême gauche en 68, le soir même où les policiers chargeaient les manifestants, trois mois avant l’invasion de Prague ! Il est vrai que le lambertiste mitterrandien JLM s’est déclaré "fier" être comparé au volontaire du STO le pitre stalinien Marchais !
http://www.liberation.fr/france/2018/05/02/mardi-j-ai-participe-au-black-bloc-parisien_1647381


Une note d’ANTICOR association de lutte contre la corruption : « Le 3 mai, c’était la Journée mondiale de la liberté de la presse. Difficile de ne pas être horrifié par le lourd tribut payé par les journalistes d’investigation, à travers le monde ! Après les assassinats de Daphne Caruana Galizia, à Malte, et de Ján Kuciak, en Slovaquie, le journaliste Maxime Borodine est récemment mort dans des circonstances troublantes, en Russie (il est tombé du balcon de son appartement). Il écrivait régulièrement sur la corruption et le crime organisé… C’est peu dire qu’Anticor n’est pas convaincue par la thèse de l’accident ou du suicide dans un pays où, selon Reporters sans frontières, « au moins 34 professionnels des médias ont été tués du fait de leurs activités d’information, depuis l’an 2000, en Russie » !
On peut néanmoins relever quelques notes d’espoir. En Arménie, le tout puissant premier ministre Serge Sarkissian, qui a laissé la corruption prospérer pendant dix ans, a été contraint de démissionner et de laisser la place à son opposant, Nikol Pachinian. Les Arméniens ont obtenu ce stupéfiant résultat en seulement 25 jours de manifestations... et sans aucune effusion de sang ! »
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
Sur les réseaux sociaux :
Les Esprits Libres France https://www.facebook.com/lesespritslibresfrance/?fref=ts
Jean-Pierre ROCHE https://www.facebook.com/jeanpierre.roche.549?fref=ts
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
LES ESPRITS LI« V »RES :
« Le bonheur avec Spinoza. » Bruno GIULIANI. L’Éthique reformulée pour notre temps. Ed Almora]. 8,5€. « Un livre essentiel qui a le mérite de rendre accessible la philosophie de Spinoza » Frédéric Lenoir.


« Propos de table : dialogue entre la vie et le corps. » Raoul VANEIGEM. Le Cherche Midi, 18€.
EPUB3, 12,99€. Voici un livre en rupture avec la plupart des idées qui depuis des siècles gouvernent les opinions et les comportements. Issu du « Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations », il pousse plus avant la réflexion sur la subjectivité radicale et sur le renversement de perspective. Comme toute remise en cause, les « Propos de table » se heurteront au poids des préjugés et à la prétendue réalité qui a modelé nos mœurs, nos conceptions, notre vision du monde.
"Vous possédez l’enclume et le marteau des préjugés qui forgent vos chaînes et les miennes. Je n’ai pour les scier qu’une lime à ongles dont seul le va-et-vient sans cesse répété obtiendra de les entailler et de les rompre". « Souviens-toi de vivre. » Raoul VANEIGEM. https://www.lisez.com/ebook/propos-de-table/9782749155746


« Tiens ils ont repeint ! » Yves PAGES, La découverte. Plus de 4000 graffitis urbains du monde entier des cinquante dernières années, fidèlement retranscrits, datés et localisés. 50 ans d’aphorismes urbains de 1968 à nos jours : " Un petit pois sur dix est une carotte." http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Tiens__ils_ont_repeint__-9782707197313.html
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
FILMS :
Mai 68 dans les coulisses du pouvoir. « Dix semaines qui ébranlèrent la France » de Patrick Rotman et Virginie Linhart qui ont recueilli les témoignages des principaux protagonistes sur plusieurs décennies. Dans ce documentaire le réalisateur constate qu’en mai 68 les communistes furent les meilleurs alliés des gaullistes.


« Le petit maître corrigé » , au cinéma ou au théâtre, de MARIVAUX par la Comédie Française. Mise en scène Clément Hervieu-Léger. Le 18ème siècle en résonance avec notre époque.


Petit film d’animation jubilatoire sur le clitoris https://www.franceculture.fr/emissi....


Édition 1969 de la Quinzaine des réalisateurs , jusqu’au 3 mai, Cinémathèque Française, 51 rue de Bercy Paris 12ème. Dont « Le journal d’un voleur de Shinjuku » 1969 de Nagisa OSHIA inspiré de Jean Genet et "Partner" de Bertulucci inspiré de Dostoïevski.
Livre : Quinzaines des réalisateurs, les jeunes années de Bruno ICHER. Ed. Riveneuve 175 pages, 18€
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Multiplions les abonnés à cette lettre gratuite d’information :

MERCI DE FAIRE SUIVRE CETTE LETTRE ET DE FAIRE INSCRIRE VOS AMIS À CETTE LETTRE D’INFORMATION.
Notez votre email en page d’accueil du site.
>http://salonespritlibre.com/] http://salonespritlibre.com/


Merci de partager et commenter cet article sur les réseaux sociaux.
Page Facebook Les Esprits Libres
Page Facebook J-P Roche
Blog Médiapart J-P Roche
Lettre Eurocitoyenne de Laurent Watrin.


Contact : LES ESPRITS LIBRES : 0556440634 0556440931
Site : salonespritlibre.com
Nous écrire : salonespritlibre@gmail.com
jeanpierreroche@hotmail.com ou compte facebook.
Abonnez-vous à la lettre d’information en page d’accueil du site.


Déclarez-vous "Esprit Libre", rejoignez LES ESPRITS LIBRES, mouvement culturel et politique :


Cotisation libre de 1€ à 100€ à l’ordre de « Les Esprits Libres »,
23 rue St Laurent 33000 BORDEAUX.

« Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres. » La Boétie

  • 1 document(s) disponible(s) - N'hésitez-pas à les diffuser autour de vous !


BILAN Salon de mai 2018, thème mai 68.

> Lire la suite